Un mal être constant.

Aller en bas

Un mal être constant.  Empty Un mal être constant.

Message  Invité le Dim 4 Mai 2014 - 18:22

Bonjour à tous ! J'ai 17 ans, je suis en terminale et je suis nouvelle ici. Je n'ai encore jamais parlé de ma phobie et c'est donc la première fois, c'est un peu le grand saut. Alors voilà, je suis émétophobe depuis un petit bout de temps, pour ne pas dire vraiment longtemps, je dirais que ça fait 6-7 ans que je traine ça avec moi. Etant quelqu'un de nature angoissée et nerveuse, j'ai liée ces "nausées" à mon anxiété car au départ, ce n'était pas quelque chose d'envahissant et je crois que je ne posais même pas de questions, c'étaient de petites nausées et je me disais : "oh ça va passée, c'est rien". J'avais pourtant très peur lorsque je chopais la gastro, je faisais tout pour repoussé le moment où j'allais vomir. Ca s'est passé comme ça jusqu'à la quatrième je crois. Sans savoir pourquoi l'idée de vomir est devenue plus présente dans ma tête, mais c'est pas pour autant qu'elle devenait trop envahissante, j'avais juste peur lorsque je partais plusieurs jours loin de chez moi (sans mes parents ce qui est étonnant car je suis de nature plutôt autonome) et lors de longs voyages en bus. Puis, en troisième, ça s'est intensifié suite à une heure de cour où je me suis sentit nauséeuse et où j'ai du rapidement sortir de cours sans pour autant vomir par la suite. Après cet evenement et jusqu'a la fin de l'année, je me sentais mal en cours, comme "piégée" et je me rendais souvent à l'infirmerie pour finalement rentrée chez moi. En y repensant je trouve ça vraiment lâche de ma part mais cétait comme nécessaire même vitale de me retrouver dans un endroit familier et rassurant. C'est à ce moment là que j'ai compris que j'avais une réelle peur de vomir et de tout ce qui va avec, le bruit, l'odeur, que ce soit devant des gens ou non. En seconde au lycée le schéma s'est répété, je loupais moins de cours mais c'était uniquement parce que je me forçais à rester sinon j'aurais pris mes jambes à mon cou pour rentrer chez moi tellement de fois. Le truc en plus c'est que je me sentais mal à la cantine, je mangeais mais moins que chez moi ( les plats proposés ne me dérangeaient pourtant pas) et j'avais vraiment hâte de sortir. Comme je prends le train pour me rendre au lycée, je me sentais mal dedans le matin, j'avais la boule au ventre et le fait qu'il y ait beaucoup de monde n'arrangeait pas la situation, je me sentais oppressée. Dans cette période, je découvrais de nouveaux gens et un nouveau contexte donc je penses que ça a fortement joué aussi, je me sentais moins à l'aise qu'avant. Arrivée en première, ça semblait s'être un peu arrangé, le train me dérangeait toujours et j'avais toujours une certaine appréhension pour aller a la cantine, mais j'attendais qu'il y ait moins de monde pour m'y rendre. Pour ce qui est des cours, j'étais beaucoup moins absente et je me sentais plus à l'aise. J'ai quad même été voir une psy qui m'a balancé à la figure que c'était pas grave et que je cite : " si tu vomis devant tout le monde même avec ta plus belle robe c'est pas grave !". J'ai donc abandonnée l'idée de consulter. Bref, en début d'année, en terminale du coup, je me sentais comme un poisson dans l'eau ! Je n'avais plus peur à l'idée d'aller au lycée, je prenais même le bus, que j'évitais avant. Je me suis beaucoup plus ouverte aux autres, je sortais, je faisais de nouvelles activités. De plus, j'avais retrouvé mon appétit à la cantine (qui est énorme chez moi, je manges comme un sac  silent ). Moi qui avais sacrifié des nuits entières à ne pas dormir, je pouvais éteindre ma télé, la lumière et m'allonger tranquillement. Mais ma phobie s'est développé dans de nouvelles choses. Par exemple, en allant en soirée tout allait bien mais il se pouvait que je me sentes mal en plein milieu ( je ne bois pas, justement pour éviter de vomir donc ça ne venait pas de ça) et je commençais à paniquer dans la voiture lorsque les parents de mes amies me ramenaient chez moi (allez savoir pourquoi). Cet hiver j'ai travaillé en station et je m'y rendais en bus avec un trajet de 2h et quelques et l'année dernière ça se passait plutôt bien et là j'étais envahis par de grosses nausées qui m'ont poussé à ne plus y aller. A peine je commençais la journée que je pensais au trajet du retour et au fait que j'allais être malade. Je me sentais toujours mal en voiture avec d'autres gens que mes parents et je précises que je ne suis pas malade en voiture. Mais a part ça, que je pouvais supporter, je me sentais mieux et je pensais m'être sortie de tout ça, je pouvais enfin m'affirmer et penser à autre chose qu'au fait de VOMIR. Il y a peu de temps, aux vacances de février, j'ai garder mes petits cousins et une nuit mon petit cousin qui était malade a vomi juste devant moi et depuis c'est la descente aux enfers. Je n'ai donc pas pu m'en occupé et j'ai passé la nuit la fenêtre ouverte (en février oui oui) au téléphone avec ma meilleure amie à paniquer, a faire crises d'angoisses sur crises d'angoisses tout en étant frigorifiée. Le lendemain je n'ai rien pu avaler pensant que j'étais malade, j'ai passée les trois jours suivants en mangeant juste de petites bouchées et en restant au lit. Lorsque je me suis enfin décidé à sortir du lit j'étais aigrie, j'envoyait balader tout le monde sans raison valable, j'étais insupportable et j'avais dix fois plus de nausées qu'auparavant. Les nausées étaient présentes tout le temps et j'avais du mal à manger et tout ce que je faisais je le faisais sans conviction. Par exemple, j'ai été skié et au lieu de profité de cette journée j'étais là à me dire "mon dieu et comment je fais si je vomis sur le télésiège ?!" ou "est ce que je peux vomir en skiant ?". Et bien évidemment à chaque fois que je pensais à ça les nausées apparaissaient. A la rentrée je n'étais donc pas très en forme. La première semaine s'est écoulée "normalement" et je ne sais pas ce qui s'est passé mais dès la deuxième j'ai commencé à me trouver dans l'état où je suis maintenant. Les nausées sont apparues dans le car le matin alors qu'avant je m'y endormais tellement j'étais bien. Le train en fin de semaine est toujours bondé et je me sentais comme si j'allais régurgiter. J'ai commencé à moins manger à la cantine jusqu’à ne plus manger que deux ou trois jours par semaines. Et le voilà le gros problème. Je suis quelqu'un qui a énormément d'appétit, je suis très gourmande, bref je mange BEAUCOUP. Ou plutôt je mangeais. Au départ, j'ai commencé a moins mangé le soir (chez moi), puis parfois je ne mangeais plus du tout le soir ou vraiment peu. Au début c'était parce que les nausées apparaissaient à ce moment là mais maintenant c'est parce que j'ai peur de vomir après. Et en ce moment j'ai du mal à manger à midi, je ne ressens plus la faim a part quelque fois le matin. Donc je me forces. En plus de me sapé le moral, ça m'inquiète car j'ai peur de m'enfoncer, de ne plus manger du tout et de devenir très maigre. Je suis mince à la base et j'ai déjà maigri donc ça me fait très peur. Je n'ai jamais eu de troubles alimentaires mais j'ai peur de devenir anorexique. De plus, je pleures énormément et même si après je me sens détendue en fait je suis surtout vidée et je sens que c'est pas très bon au final... Je suis donc retournée voir une psychiatre qui m'a dit concrètement que j'étais bientôt adulte donc qu'elle ne pouvait pas me prendre en charge et m'a dirigé vers une autre psychiatre spécialisée dans le comportement mais pour laquelle il faut une attente de six moi (allelujah !). Elle m'a également prescrit un anti stress qui n'agit encore pas pour l'instant. De ce que j'ai compris, ma phobie s'est transformée en TOC , donc en obsession, et je le ressens aussi comme ça. Donc voilà j'ai pris la décision d'en parler car concrètement je n'en peux plus et je me sens seule même si mes amis et mes parents comprennent et tentent de faire au mieux pour m'aider.
Je viens de me rendre compte que j'ai écris un livre  Shocked mais ça m'a fait du bien ^^
Merci pour ceux qui me lisent, j'espères que je vous aient pas trop ennuyer  Rolling Eyes et si vous voulez discuter je suis toute grande ouverte  Very Happy  !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Un mal être constant.  Empty Re: Un mal être constant.

Message  Vomito le Lun 5 Mai 2014 - 8:33

Je crois que tu as mal interprété la phrase de ton premier psy. Il voulait juste te dire que TOUT LE MONDE vomit dans la vie, ce n'est pas grave, c'est tout à fait NORMAL. Je pense qu'il a dit ça pour dédramatiser ta peur et te montrer que vomir c'est juste un mauvais moment à passer et on passe tous par là.

Les TOC sont des troubles mentaux, ce n'est pas en soignant ton ventre que tu guériras ta tête. Tu peux éviter les transports en commun, éviter les fêtes alcoolisées, les apéros, les diners copieux, tu ne fais que contourner le problème.

Il faut aussi que tu arrêtes de stresser.

stress  Arrow  maux de ventre  Arrow  + de stress  Arrow  + de maux de ventre  Arrow  encore + de stress  Arrow  etc etc c'est un cercle vicieux.

Tu te souviens du début exact de ta phobie ? As-tu eu un choc émotionnel ? (décès d'un proche, divorce des parents, etc ?)

Vomito
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Masculin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 16/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Un mal être constant.  Empty Re: Un mal être constant.

Message  Invité le Lun 5 Mai 2014 - 9:44

Hello et bienvenue !

Je ne peux que t'encourager à lire le forum de fond en comble et te souhaiter d'y trouver du réconfort et les réponses aux questions que tu te poses...

Bon voyage =)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Un mal être constant.  Empty Re: Un mal être constant.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum