Bonsoir !

Aller en bas

Bonsoir ! Empty Bonsoir !

Message  Seb78 le Dim 10 Déc 2017 - 23:38

Bonsoir,

Je passe enfin le pas et m'inscrit sur ce forum que je lis en sous marin depuis quelque temps.

Rapidement: Sébastien, 28 ans et acheteur dans le secteur automobile.
Emétophobe depuis plus d'une dizaine d'années.

Anxieux à la base, je suis gentiment en train de dériver vers les pires aspects de cette phobie.

Sans vous refaire tout l'historique, vous connaissez tous plus ou moins le cheminement du truc.
Dernier incident il y a plus de dix ans lors d'une légère gastro.
Jeunesse sans accroc avec des fêtes, de l'alcool et j'en passe. Traitement des gueules de bois à coup de Motiliums et hop on recommence la même chose le WE d'après Laughing
Oui ma solution contre la phobie était/est pour moi l'automédication à outrance: Moti, Voga, Primpé et autres effervescents pour digérer son mes meilleurs amis.
Les anti émétiques sont avalés deux par deux allant jusqu’à 6 par jour, les aides digestifs 2.5 cachets à la fois (rien que de l'écrire j'en ai presque honte ...).

Mais ces périodes médicamenteuses allaient et venaient au rythme du stress et de mes résultats commerciaux (j'étais avant dans l'immobilier) ainsi que de la période de l'année (les hivers sont généralement des périodes compliquées comme vous le savez).

Le constat est aujourd'hui bien différent: Depuis quelque mois, la phobie a commencer à méchamment prendre le dessus.
Je suis en train de devenir incapable de manger le soir.
J'avais commencé à sauter des repas le soir par simple fait que je n'avais pas faim (car je mange beaucoup le midi). Mais dans un delta raisonnable (si je devais le quantifier a raison d'un repas tout les mois grand max).
Mais mon cher cerveau à réussi à faire une magnifique association d'idée entre absence de repas du soir, sensation de faim et impossibilité de vomir.

Sauf que une phobie n'étant pas rationnelle, je (ma cervelle j'entends) trouve quand même le moyen de me torturer et même si mon dernier repas date de 12h30, je me retrouve encore le moyen d'ingurgiter 4-5 Vogalib sur les coups de 23h00 -1h00 avant de tomber de fatigue.

Chose assez marrante, hormis très grosse fatigue, je ne prends quasi jamais de médicaments en dehors de chez moi, une sorte de honte de l'anti vomitif en société.
Dans cette même logique, ces prises de médocs se font d'ailleurs le soir et très rarement en journée.
Mais dès que la nuit tombe, la donne change complètement. La moindre interruption de sommeil génère automatique un trou de 1h30-2h00 dans ma nuit le temps d'écarter l'éventuel incident.

Je suis aujourd'hui a la recherche d'un traitement car pour tout vous avouer, cela me pourrit la vie.
Sans parler du déséquilibre alimentaire naissant qui est en train de s'installer et des conséquences qui vont en découler (déjà une belle perte de poids ...)
Transports en communs, Open Space, Repas du soir, tout me ramène constamment à ma phobie et je ne pense plus qu'a cela.
Insomnies, fatigue, migraines et sur médication voilà ce que j'y gagne.
Et je vous parle pas de ma moitié qui supporte gentiment mes crises d'angoisses, mon irritabilité, mes sorties en plein milieu de la nuit pour conduire et me changer les idées.

Voilà ce que je pouvais vous dire sur moi.

A bientôt sur le forum.
Seb78
Seb78
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Masculin
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 10/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum