Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Sam 31 Mar 2012 - 12:19

Bonjour,
Je suis une femme de 40 ans et je suis émétophobe depuis mes 18 ans.
je voudrais dire ici une chose que je trouve importante : rares sont les gens non émétophobes que le vomi ne dérange pas.
La plupart des gens n'aiment pas voir des scènes de vomi dégoutantes dans des films. N'aiment pas voir quelqu'un vomir dans la rue ou devant eux (parce que ça leur donne aussi mal au coeur). N'aiment pas vomir (parce que ça leur fait mal ou les dégoute). Et n'aiment pas avoir la nausée (parce que ce n'est agréable pour personne).
Les rares personnes qui aiment voir ça dans des films ou dans une soirée sont généralement des ados qui ont un sens de l'humour bien particulier. Rien de plus. Il n'y a donc rien d'anormal à être dégouté par ça.
Notre seule différence avec les non émétophobes est que chez nous ça déclenche un sentiment de panique, et qu'à priori cette panique nous empêche de vivre comme tout le monde, sauf quand on prend sur soi.
L'autre chose importante est qu'à priori, le fait de penser qu'on a peur de ça parce qu'on vomissait beaucoup étant enfant, ou parce que quand on vomissait notre mère ou autre personne nous criait dessus, est une erreur.
La peur de vomir et/ou de vomir devant une autre personne est un refus de perdre le contrôle de soi.
La peur de voir quelqu'un d'autre vomir est un refus de voir quelqu'un perdre le contrôle, qui nous ramène à notre propre peur de perdre le contrôle. Et la peur de voir ça dans un film n'est pas le refus de voir un personnage perdre le contrôle, mais tout simplement notre peur de voir des images de l'acte de si près.
N'oublions pas que l'empathie est un de nos sentiments les plus développés, et l'empathie c'est quoi ? ce n'est pas juste comme on le croit une forme de tendresse ou de compréhension ou de compassion. C'est avant tout le fait d'être systématiquement mis face à nous mêmes, et à notre propre mortalité. On a de l'empathie dès que quelque chose de moche arrive à quelqu'un d'autre parce qu'inconsciemment on ramène ça à nous. Jetez un oeil au travail de Patrice van Eersel sur les neurones miroirs, c'est passionnant (je n'arrive pas à poster de liens).
Que cette peur de perdre le contrôle rappelle des vomissements à l'enfance est plausible, mais que ces souvenirs en soient la cause est trop superficiel comme explication.
La peur de perdre le contrôle est la peur de décevoir, et donc de ne pas/plus être aimé.
Le seul moyen de guérir de cette phobie est donc d'entreprendre une thérapie, comportementale ou pas, pour chercher la cause de cette peur de décevoir et de ne plus être aimé. Et elle est bien plus profonde que le simple souvenir d'avoir déçu ou énerver sa mère (ou même l'avoir fait vomir) en vomissant devant elle quand on était enfant (ou devant n'importe qui d'autre que la mère, peu importe la personne dès l'instant où c'était quelqu'un qui comptait pour nous).
Autre chose importante : "thérapie comportementale" ne veut absolument pas dire "thérapie où on va nous apprendre à vomir", pour ceux qui craindraient ça. Par comportementale on entend simplement travail sur le comportement. Exemples : le psy peut vous faire tenir un petit carnet avec une graduation de vos seuils de panique dans tel type de situation pour les comparer au fil du temps, ou vous suggérer d'essayer des choses telles que ne pas faire de détour pour éviter ce carrefour où il y a souvent un clochard ivre que vous avez peur de voir vomir en passant, etc. Mais dans "thérapie comportementale" il y a "thérapie" et donc on travaille en parlant de soi, en réfléchissant sur soi, comme dans n'importe quel autre type de thérapie.
Je ne sais pas si on arrivera tous un jour à sortir de ça, mais il y a des petites choses qui aident au quotidien et qui font progresser. Comme se rendre compte qu'on ne se met à avoir mal au coeur QUE parce qu'on a peur d'être malade à l'idée que quelque chose était périmé. Ou qu'on ne se sent mal QUE parce qu'on s'est autorisé à manger dehors alors que d'habitude on évite. Ou qu'on se met à avoir des sueurs froides dès que quelqu'un nous dit qu'il se sent mal et qu'on a mangé la même chose, alors que la seconde d'avant on allait très bien.
Je ne sais pas si vous êtes souvent malades ? Moi jamais, la dernière fois que j'ai vomi remonte à quand j'avais 18 ans, et pourtant un jour sur deux j'ai la nausée pour x raisons, sans raison, et un jour sur deux j'ai peur de vomir. Les non témétophobes n'ont jamais mal au coeur sans raison, sauf quand ils ont mangé quelque chose de mauvais ou qu'ils sont souffrants, ce qui ne leur arrive que très rarement. Et s'ils ont vaguement la nausée après avoir bu trop de café, bah ils ont la nausée et puis ça passe.
Je ne sais pas si comme pour moi, vous êtes par exemple souvent sujets à la claustrophobie, ou l'agoraphobie, ou le trac ? Chez moi le premier symptômes dans ces cas-là est la nausée. Donc j'ai souvent mal au coeur. Sauf que je me suis rendue compte d'une chose : jamais, dans ces moments de nausée, je n'ai fini par vomir. Donc quand cette nausée commence, je me rassure mentalement en me disant qu'au pire je peux avoir très mal au coeur pendant un quart d'heure mais qu'ensuite ça passera, et ça passe...
J'espère qu'un jour tout ça finira par disparaître et que je ne m'empêcherai plus de voir des films dont j'ai entendu dire qu'il y a une scène vraiment dégoutante dedans, mais je ne pense pas qu'un jour, en voyant enfin ces scènes, je ferais plus que de les tolérer. je ne pense pas qu'un jour elles me feront rire ou ne me dégouteront pas du tout, car elles ne font rire personne et dégoutent tout le monde. N'oubliez pas ça...
Merci à ce site qui donne le sentiment de se sentir moins seule !
Et pardon pour la longueur de ce post...

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  The-manga-love le Sam 31 Mar 2012 - 12:44

Ton post est tres interessant,en effet je pense que la peur de vomir vient du fait que l'on a peur de perdre le controle.

Merci,ça fait réfléchir ce que tu as écrit Smile

Bonne continuation !
The-manga-love
The-manga-love
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 163
Age : 21
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Lulla le Sam 31 Mar 2012 - 12:55

En effet chez certaines personnes la crainte de perdre le contrôle peut être vraie...

Mais moi je crois qu'on ne peut absolument pas faire de généralités et que ça dépend de chaque personnalité et surtout de l'histoire personnelle de chacun.
Lulla
Lulla
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1270
Age : 29
Date d'inscription : 30/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  R le Sam 31 Mar 2012 - 13:26

Coucou moi aussi la peur est due au fait de perdre le contrôle ... Comme quand je prends l'avion, comme boire de l'alcool etc ... Enfin tout ce que je ne peux pas maîtriser me fait peur ...

R
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1102
Age : 31
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 17/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Sam 31 Mar 2012 - 13:58

Oui Lulla, sauf que le point commun à tous c'est la peur de vomir, et en matière de psycho, même si un même traumatisme peut venir de toutes sortes d'endroits différents selon chacun, il prend sa racine au même endroit pour tout le monde dans la mesure où la résultante de l'angoisse est la même pour tous ceux qui souffrent de ce traumatisme.
Les phobies n'ont jamais de rapport avec leur symptôme. Elles sont juste la manifestation du symptôme. Exemple le plus connu : le petit garçon que Freud psychanalysait et qui avait peur des crayons à papiers dans les librairies, ou l'autre petit garçon qui avait peur des chevaux dans les champs, jusqu'à ce que Freud découvre que ces deux petits garçons avaient simplement peur de leur père et dont ils avaient vu le sexe nu en érection un jour, si bien que tout ce qui avait un aspect phallique leur faisait peur parce qu'ils avaient un rapport difficile avec leur père.
Les phobies n'ont rien à voir avec l'objet de la phobie, c'est juste une manifestation qui cache quelque chose de plus compliqué et qu'on ne peut pas voir consciemment parce que ce serait trop perturbant pour nous. Rien de plus.
Donc avoir peur de vomir n'a pas de rapport avec le fait de vomir, c'est autre chose...

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Invité le Sam 31 Mar 2012 - 14:08

Je suis assez d'accord avec Lulla, il y a différentes causes... Pour ma part, je connais la raison et ça n a rien á voir...
Mais d'accord avec toi sur le fait que c'est pas le vomi qui pose problème mais quelque chose de plus profond.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Lulla le Sam 31 Mar 2012 - 14:13

Ah mais ça bien sûr je suis d'accord que la cause est plus profonde, il est clair que l'inconscient se concentre sur le vomi pour exprimer que ça ne va pas sans que l'on veuille/puisse affronter la vraie raison. .

Mais c'est plus sur la perte de contrôle pour laquelle je ne suis pas d'accord.

Par exemple dans mon cas pour mon psy, le vomi symboliserait la parole et les émotions, j'aurais peur de laisser "sortir" ce que je ressens.
...Hum oui ça ressemble a un soucis de perte de contrôle en fait. Bon ben , je ne sais pas j'ai rien dit Laughing
Lulla
Lulla
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1270
Age : 29
Date d'inscription : 30/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Sam 31 Mar 2012 - 15:42

Smile

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Sam 31 Mar 2012 - 15:48

menthedouce : est-ce que ce serait indiscret de te demander de parler de la cause ?
ou si ça l'est, pardon d'avoir posé la question, et dans ce cas est-ce que tu pourrais parler de la façon dont tu l'as découverte et de la raison pour laquelle une fois que tu l'as découverte ça n'a pas mis fin à ta phobie ? parce que ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est comment on peut à la fois connaître la cause d'une phobie et en être victime ? la phobie par principe est quelque chose de mouvant, qui peut se transformer, se déplacer sur d'autres choses, disparaître sur tel plan pour surgir sur tel autre. j'ai toujours entendu les puy dire qu'à partir du moment où on comprend l'origine de sa phobie, soit on parvient à s'en guérir en travaillant sur la cause, soit la phobie s'efface pour se transformer en une autre, mais je n'ai jamais entendu dire qu'on découvre l'origine puis qu'ensuite rien ne bouge.
j'espère que ces questions ne sont pas trop directes, pas facile par écrit de montrer qu'on n'est pas dans l'agression, juste dans la bienveillance et la curiosité...

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Sam 31 Mar 2012 - 16:29

peut-être qu'on peut tout simplement remplacer "peur de perdre le contrôle" par peur de décevoir, d'être abandonné, et donc ne plus être aimé...

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Dragibus le Sam 31 Mar 2012 - 16:51

Disons que le plus dur, c'est de travailler sur la cause principale pour que la phobie s'envole.

Peur de perdre le contrôle, peur de décevoir, peur d'être rejetée... tout ça a un lien direct avec une phase douloureuse de mon adolescence.
Je pense tout de même qu'à l'origine, les phobiques ont un caractère particulièrement sensible et empathique et ont donc plus de "chances" de développer une phobie autour d'une phase de leur vie qui l'ont marqués. Pour donner un exemple personnel, je n'ai jamais aimé le vomi (certes, les non-phobiques non plus !). Mais moi, toujours à un degré plus haut que les autres. Je me souviens de chaque personne que j'ai vue vomir, et ce, bien avant la phase de mon adolescence qui a développé la phobie à fond. Quand je les revois aujourd'hui, avec parfois plus de 10 ans de plus que lorsqu'ils ont vomi devant moi, j'assimile leur visage au vomi. Mais je pouvais me faire vomir dessus sans que je parte dans des crises d'angoisse pas possible. Ca, c'est arrivé à partir d'une période, d'un moment T, où j'ai eu en plus cette peur morbide d'être rejetée, de ne pas être aimée, de décevoir, ou de perdre le contrôle de mon corps.

Depuis que j'ai compris d'où ça venait, je travaille beaucoup sur la confiance en moi (c'est long, très long. Je suis passée d'une confiance quasi inexistante à une confiance... modérée)... J'essaie de comprendre qu'il faut vivre pour soi, et non pas pour les autres. Qu'il n'y a aucune raison qu'on me rejette, que si ça a été le cas dans mon passé, c'était à présent fini. Bref. J'imagine que oui, en travaillant sur les origines profondes de la phobie, il y a de fortes chances pour qu'elle s'estompe un peu. Mais c'est si long d'y travailler !
Dragibus
Dragibus
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1362
Age : 29
Date d'inscription : 28/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Sam 31 Mar 2012 - 17:04

Ca c'est très très vrai, le problème de confiance en soi, et le temps qu'on perd avec le regard des autres, alors que la vie est si courte. Vous avez vraiment mis le doigt dessus... Merci !

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Invité le Sam 31 Mar 2012 - 18:04

pimprenelle715 a écrit:peut-être qu'on peut tout simplement remplacer "peur de perdre le contrôle" par peur de décevoir, d'être abandonné, et donc ne plus être aimé...

Effectivement, ce serait plus cela pour ma part.

Quand j'étais petite, ma mère a eu un cancer du sein (elle l'a su alors qu'elle était enceinte de moi)
Les premières années de ma vie, elle n'a pas pu s'occuper de nous comme elle le souhaitait. Quand elle était sous traitement, on devait (mes frères, ma sœur et moi) rester chez nos grands parents.
Un jour mon père a voulu me parler de la mort et c'est à partir de lá que tout a vraiment commencé.
Chez moi c'est très lié á la mort, á la peur de voir ceux que j'aime mourir, á la peur de l'abandon.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Mc' le Sam 31 Mar 2012 - 23:12

Très intéressant tout ça franchement ...

Pour ma part, je connais pas l'origine (enfin...) de ma phobie, mais je sais ce qu'est ma vraie peur qui se cache sous l'émétophobie ..

Je n'en parlerais pas ici, pas parce que c'est honteux ou quoi que ce soit, loin de là, ça parait même normal, mais parce que pour une personne qui ne connaîtrais pas l'origine de sa phobie ça pourrait l’inciter à réfléchir sur ce sujet (donc ma peur à moi) et trouverais alors plein de point commun et pourrait en venir à penser que pour elle aussi c'est cette peur (olala je n'arrive franchement pas à parler français ce soir, je suis TRES fatigué). En effet, lors de ma thérapie, le psychologue ma demander ce qui pourrait se cacher sous cette phobie, j'ai directement dit la mort (vu que je l'avais lu sur le forum, et que j'en avait trouver beaucoup de lien) et lorsqu'il ma demandé autre chose que la mort, j'ai répondu "le regard des autres" . Tout ça parce que je l'avais lu sur le forum, et donc j'ai rien pu argumenter là dessus vu que je me sentais pas si concerné que ça.

Aussi, connaître notre vraie peur profonde peut aider à se rassurer , en se disant "mais je préférerais nettement vomir que vivre ça (la vraie peur)" .. Mais elle ne ma pas fait disparaître la phobie du tout, même si elle l'atténue. En effet, depuis la fin de ma thérapie, je "revis", je ne pense pas vomi 24h/24 comme avant, je sors, je mange comme j'ai envie, je vais même en soirée "vomito à gogo", etc .. Par contre une fois que le vomi s'installe dans ma maison, ou même qu'il me concerne directement, la panique revient X1000.

Mais ce post, surtout ne le supprimer pas (je dis ça, mais je ne vois même pas pourquoi il pourrait être supprimé ^^) car je pense qu'en cas de crise ou de "ras le bol d'avoir peur de vomir" ça peut m'aider (ou aider d'autres personnes, je ne sais pas comment ils l'ont ressenti quand ils l'ont lu, mais moi qui suis venu ce soir sur le forum en étant pas très bien, beh j'ai pu relativiser Smile )
Mc'
Mc'
Eméto de Vermeil
Eméto de Vermeil

Féminin
Nombre de messages : 491
Age : 25
Date d'inscription : 27/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Dim 1 Avr 2012 - 9:11

Ce sujet est très intéressant, même si je trouve qu'il y a beaucoup d'affirmations dans le premier message alors que comme Lulla (je crois) l'a dit chacun est différent.

1) Tous les non-émétophobes ne détestent pas vomir et c'est d'ailleurs un des arguments que l'on répète souvent ici: vomir soulage et les non-émétophobes trouvent souvent ça soulageant (c'est le cas pour beaucoup de mes amis) et pour ce qui est d'en voir souvent ils s'en foutent, mais que le bruit ne soit agréable pour personne je suis d'accord.

2) La perte de contrôle, oui ça tient la route mais je ne pense pas que ce soit forcément le cas de tous, moi je pense aussi en savoir la cause, il y a sûrement une part de peur de perte de contrôle, mais pas que ça

3) Je ne pense pas que tout le monde ait besoin de suivre une thérapie, la plus grosse partie du travail se fait seul. A l'âge de 15 ans j'ai suivi un TCC qui n'a eu aucun effet et c'est à l'âge de 19 ans que j'ai réussi à me soigner par moi-même, avec mes propres défis et dans un but précis

4) Ne confondons pas les nausées psy qui sont quotidiennes et les véritables nausées, savoir faire la différence est déjà un énorme pas vers l'avant car il suffit d'apprendre à ignorer ces nausées qui n'aboutissent absolument jamais sur des vomissements et là on peut déjà recommencer à vivre.

PS: Ce weekend j'ai attrapé un norovirus (une sorte de gastro) et j'ai pu constater mes progrès, je n'ai certes pas vomi (car la maladie s'est déclarée pendant la nuit et j'étais à jeûn) mais j'ai passé 1h à côté des toilettes à attendre que ça arrive en jouant au solitaire sur mon téléphone portable sans la moindre angoisse. Le lendemain, toujours des crampes d'estomac atroces, de la fièvre et des nausées sans aucune angoisse. (et moi il y a quelques années, dans des cas comme ça je me retrouvais en larme à faire les 100 pas en pyjama dans le jardin et en priant le ciel pour ne pas vomir....) Donc on peut y arriver!
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Lulla le Dim 1 Avr 2012 - 11:00

Leigh a écrit:Ce sujet est très intéressant, même si je trouve qu'il y a beaucoup d'affirmations dans le premier message alors que comme Lulla (je crois) l'a dit chacun est différent.

1) Tous les non-émétophobes ne détestent pas vomir et c'est d'ailleurs un des arguments que l'on répète souvent ici: vomir soulage et les non-émétophobes trouvent souvent ça soulageant (c'est le cas pour beaucoup de mes amis) et pour ce qui est d'en voir souvent ils s'en foutent, mais que le bruit ne soit agréable pour personne je suis d'accord.

2) La perte de contrôle, oui ça tient la route mais je ne pense pas que ce soit forcément le cas de tous, moi je pense aussi en savoir la cause, il y a sûrement une part de peur de perte de contrôle, mais pas que ça

3) Je ne pense pas que tout le monde ait besoin de suivre une thérapie, la plus grosse partie du travail se fait seul. A l'âge de 15 ans j'ai suivi un TCC qui n'a eu aucun effet et c'est à l'âge de 19 ans que j'ai réussi à me soigner par moi-même, avec mes propres défis et dans un but précis

4) Ne confondons pas les nausées psy qui sont quotidiennes et les véritables nausées, savoir faire la différence est déjà un énorme pas vers l'avant car il suffit d'apprendre à ignorer ces nausées qui n'aboutissent absolument jamais sur des vomissements et là on peut déjà recommencer à vivre.

PS: Ce weekend j'ai attrapé un norovirus (une sorte de gastro) et j'ai pu constater mes progrès, je n'ai certes pas vomi (car la maladie s'est déclarée pendant la nuit et j'étais à jeûn) mais j'ai passé 1h à côté des toilettes à attendre que ça arrive en jouant au solitaire sur mon téléphone portable sans la moindre angoisse. Le lendemain, toujours des crampes d'estomac atroces, de la fièvre et des nausées sans aucune angoisse. (et moi il y a quelques années, dans des cas comme ça je me retrouvais en larme à faire les 100 pas en pyjama dans le jardin et en priant le ciel pour ne pas vomir....) Donc on peut y arriver!

Tout à fait d'accord !

Pour le 3), j'ai été très bien pendant des années, enfin disons que la phobie était légère, je vivais normalement et ce sans l'aide de personne !

Et PS: je suis impressionnée par ton calme pour ta gastro cheers
Lulla
Lulla
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1270
Age : 29
Date d'inscription : 30/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Dim 1 Avr 2012 - 11:19

Lulla a écrit:

Tout à fait d'accord !

Pour le 3), j'ai été très bien pendant des années, enfin disons que la phobie était légère, je vivais normalement et ce sans l'aide de personne !

Et PS: je suis impressionnée par ton calme pour ta gastro cheers

Merci Lulla Very Happy
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 12:18

Je comprends ce que vous voulez dire. Je ne voulais surtout pas apparaître péremptoire. Je voulais juste dire qu'au dela de ce que j'ai pu lire au fil des années dans des ouvrages de psycho, j'en suis arrivée à la conclusion logique que le refus de laisser quelque chose sortir de son corps est un besoin de contrôle, et que ce besoin de contrôle est fatalement lié à la peur de déplaire, donc d'être abandonné, donc de ne pas être aimé. J'aurai du ajouter : de mourir. Toutes les angoisses, quelles qu'elles soient, sont toujours des angoisses de mort, de notre propre mortalité. On sait tous ça....
Quand je disais que les non émétophobes n'aiment pas vomir non plus, je ne voulais pas dire qu'ils ne s'en fichent pas quand ça leur arrive, je voulais dire que même si ça ne leur déclenche pas d'attaque de panique, ils n'aiment pas ça non plus. Même quand ça soulage, à cause d'une indigestion, vomir n'est agréable pour personne. Et même quand ça soulage parce qu'on a trop bu et qu'on est trop ivre pour se rendre compte qu'on n'aime pas ça, on n'aime pas ça quand même. Je n'ai jamais vu personne (hormis des ados vraiment partis, ou que ça fait rire) avoir un grand sourire juste avant ou juste après avoir vomi.
Notre différence est donc que chez nous ça prend des proportions dramatiques, et ce avant (pas pendant), et qu'en conséquence on vit dans l'évitement (plus ou moins, selon qu'on est otage de notre phobie ou qu'on prend sur soi). Les non émétophobes qui ont la nausée et qui sentent qu'ils pourraient vomir ne se sentent pas plus confortables que nous avec ça, ça leur est autant désagréable, la seule différence c'est que ça ne les traumatise pas. Ils ne font pas tout pour l'éviter et vont même parfois souvent jusqu'à le provoquer pour ensuite avoir la paix,ce qui pour nous est évidemment extra terrestre. Certains sont embarrassés de vomir devant quelqu'un, mais pas au point, comme nous, d'en être traumatisés. Certains peuvent avoir peur qu'on ne les regarde plus pareil après, mais pas comme nous au point d'en être traumatisés. Donc notre peur vient visiblement du regard des autres... donc de la peur de ne plus être aimé, et de notre manque de confiance en nous.
Après ça peut être parce qu'il nous est arrivé ci ou ça ou ci ou ça, mais je suis sûre pour ma part que le noyau de ça est commun à tout le monde.
Ce que j'essaye de dire depuis le début, et c'est vrai que ça n'engage que moi, c'est seulement que je suis certaine que cette peur date de la petite enfance (même si selon chacun elle n'apparaît qu'à l'adolescence ou la post adolescence ou le début de l'âge adulte), et que penser que c'est parce qu'on a vomi une fois dans telles circonstances etc n'a as de rapport direct avec ça. parce qu'encore une fois, la phobie est par essence irrationnelle, donc sans rapport avec son objet.
Les phobies sont aussi bop plus compliquées que ce qu'on croit. Prenez par exemple l'agoraphobie, la terreur de traverser un grand espace ouvert où on a peur par exemple qu'il nous arrive un malaise devant des milliers de gens. Eh bien la vraie chose qui se cache derrière ça c'est la peur de passer inaperçu, de ne pas exister. Strictement l'inverse...
L'émétophobie fait partie de la famille des phobies sociales. Donc le rapport aux autres. Toujours...

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 12:25

ps : j'aurais surtout du dire "peur de ne pas être en sécurité". Or la peur de ne pas être en sécurité vient toujours de la toute petite enfance... Même si elle peut ne commencer à se manifester que des années plus tard.
C'est pour ça que sans thérapie c'est très difficile de s'occuper de ça, parce qu'il n'y a qu'en thérapie qu'on peut essayer d'aller toucher du doigt certaines choses. Tout ce qu'on peut faire, seul, c'est relativiser, se raisonner, analyser, décortiquer, ou mettre un couvercle sur les choses, mais on ne se réveille pas un matin en songeant brusquement : ça y est je viens de comprendre. Ca c'est quelque chose qui peut se produire quand on est en thérapie ou qu'on a été en thérapie un moment et que notre cerveau a appris à fonctionner d'une certaine manière, à déverrouiller petit à petit certaines choses. Mais seul, sans aide, on n'arrive pas à ce résultat... Et c'est normal, l'inconscient n'est pas fait pour être explorer tout seul, il est bien trop enfoui...
Après chacun fait comme il sent, ne pas faire de thérapie est tout à fait acceptable, ça dépend du degré de la phobie. Disons simplement que si on vit dans l'évitement permanent ou quasi permanent, c'est dommage parce que la vie passe vite...

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 17:18

pimprenelle715 a écrit:
L'émétophobie fait partie de la famille des phobies sociales. Donc le rapport aux autres. Toujours...

Là-dessus je ne suis pas tout à fait d'accord, il y a une différence entre l'émétophobie sociale et l'émétophobie pure. Pendant des années (mes pires années) je n'en avais que faire du monde autour de moi, ce que je voulais à tous prix éviter c'était de vomir et plutôt à l'extérieur justement car l'espace clos des WC m'angoissait. Aujourd'hui, les restes d'angoisse qui subsistent se manifestent de façon sociale, car j'ai plus peur de paniquer en société que de vomir finalement, mais cette angoisse est absolument minime, souvent absente et tout à fait vivable. Du coup j'ai de la peine à voir ma phobie passée comme une phobie sociale.

Et pour ce qui est de la thérapie, pensez-vous vraiment que grâce à des "réponses" vous allez soudain voir le bout du tunnel....et bien moi j'ai un doute, j'en cherche actuellement pour d'autres raisons (et en disant "actuellement" je pense "depuis 9 ans bientôt") et bien le bout du tunnel je ne le vois vraiment pas et j'en ai eu une dizaine de millier de réponses. Ce qui m'a sauvée de la phobie, c'est de la minimiser, de me lancer défi sur défi, de ne plus l'accepter dans ma vie pour enfin réaliser que la vie sans la phobie ça existe. Et bien ça a marché (j'y ai mis le contexte car ça se fait pas en claquant des doigts évidemment), aujourd'hui je mange au restaurant quand bon me semble (et que mes finances me le permettent) je bois de l'alcool (et j'adore ça, mais attention les amis n'oubliez pas que c'est toujours avec modération) je vais où je veux, quand je veux, je vis en coloc, je me fiche de l'hygiène et des microbes et tout ça. Bref je vis, je pense de temps en temps à la phobie quand quelque chose me reste sur l'estomac et comme je sais différencier une vraie nausée d'un petit ballonnement ou d'un truc complètement psychologique, je ne me fais jamais de mouron....
Bref tout ça pour dire que les réponses je ne sais pas si elles mènent bien loin et je doute encore plus qu'elles guérissent.
Et pour la petite histoire moi je pense qu'en bonne empathique que je suis j'ai simplement absorbé la phobie de ma mère et comme j'étais un enfant très responsable qui faisait tout comme une adulte, le jour où j'ai été malade toute seule j'ai paniqué comme le faisait ma mère....alors devrais-je analyser ma mère? Non je pense pas....c'est comme ça, ça fait partie de mon histoire et je dois apprendre à composer avec et petit-à-petit la forger à mon image...

(désolée pour le roman)
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 19:28

Je ne sais pas... Je n'ai jamais entendu parler d'émétophobie non sociale. On m'a toujours dit que l'émétophobie fait partie de la famille des phobie sociales. Mais je pense qu'on ne parle pas de la même chose là, ce que je disais s'adressait à ceux et à celles dont la phobie est de vomir + de voir des gens vomir + de voir des scènes là-dessus dans des films + d'avoir peur de manger des choses périmées, etc. Et non juste à ceux et celles qui ont simplement la phobie de vomir seuls chez eux. Donc aux phobiques de la palette entière de tout ce qui touche aux vomissements. Ce qu'on appelle les émétophobes "les plus atteints".
Les réponses de la thérapie, je ne suis pas sûre de comprendre ce que vous voulez dire parce qu'une thérapie n'est pas censée apporter des réponses, elle permet de revivre certaines choses de l'enfance avec l'aide du psy et donc de les revivre différemment avec lui, de sorte de les comprendre, et ensuite de les dépasser. D'où le transfert, etc (il n'y a pas qu'en analyse qu'on fait un transfert, ça existe aussi en thérapie, sauf peut-être en thérapies comportementales parce qu'elles sont généralement brèves et n'ont pas vocation). Il y a bien sûre certaines choses qu'on ne réparera jamais, mais le fait de travailler sur certaines permet de vivre mieux ensuite. Par travailler je ne veux pas dire raconter et poser des questions pour obtenir des réponses et essayer de comprendre ces réponses - mais je pense que vous le savez - je veux dire partir à la rencontre de son inconscient. Les phobies sont ce qui se "soigne" le plus facilement, ce sont les causes qui sont bop plus difficiles à toucher du doigt. Ca peut prendre des années dans la mesure où le psy se contente de vous mettre sur la voie mais ne vous brusquera jamais pour vous faire avancer plus vite, donc ça dépend de chacun et de la nature du problème... Mais bon...
Je suis désolée qu'à chaque fois que j'essaye d'écrire quelque chose ici ça sonne aussi définitif, aussi certain, j'essaye d'enlever ça mais je crois que je ne suis pas très douée avec l'écrit!

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 19:31

Et il faut aussi que j'apprenne à faire court!

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 19:47

pimprenelle715 a écrit:Je ne sais pas... Je n'ai jamais entendu parler d'émétophobie non sociale. On m'a toujours dit que l'émétophobie fait partie de la famille des phobie sociales. Mais je pense qu'on ne parle pas de la même chose là, ce que je disais s'adressait à ceux et à celles dont la phobie est de vomir + de voir des gens vomir + de voir des scènes là-dessus dans des films + d'avoir peur de manger des choses périmées, etc. Et non juste à ceux et celles qui ont simplement la phobie de vomir seuls chez eux. Donc aux phobiques de la palette entière de tout ce qui touche aux vomissements. Ce qu'on appelle les émétophobes "les plus atteints".
Les réponses de la thérapie, je ne suis pas sûre de comprendre ce que vous voulez dire parce qu'une thérapie n'est pas censée apporter des réponses, elle permet de revivre certaines choses de l'enfance avec l'aide du psy et donc de les revivre différemment avec lui, de sorte de les comprendre, et ensuite de les dépasser. D'où le transfert, etc (il n'y a pas qu'en analyse qu'on fait un transfert, ça existe aussi en thérapie, sauf peut-être en thérapies comportementales parce qu'elles sont généralement brèves et n'ont pas vocation). Il y a bien sûre certaines choses qu'on ne réparera jamais, mais le fait de travailler sur certaines permet de vivre mieux ensuite. Par travailler je ne veux pas dire raconter et poser des questions pour obtenir des réponses et essayer de comprendre ces réponses - mais je pense que vous le savez - je veux dire partir à la rencontre de son inconscient. Les phobies sont ce qui se "soigne" le plus facilement, ce sont les causes qui sont bop plus difficiles à toucher du doigt. Ca peut prendre des années dans la mesure où le psy se contente de vous mettre sur la voie mais ne vous brusquera jamais pour vous faire avancer plus vite, donc ça dépend de chacun et de la nature du problème... Mais bon...
Je suis désolée qu'à chaque fois que j'essaye d'écrire quelque chose ici ça sonne aussi définitif, aussi certain, j'essaye d'enlever ça mais je crois que je ne suis pas très douée avec l'écrit!

En effet ça sonne un peu comme graver dans le marbre, alors que nous parlons de psychologie....je trouve ça un peu contradictoire.

Je vais revenir très vite sur le premier paragraphe, mais ne pense pas insister car au final ça vous regarde si vous voulez en faire une généralité. Lorsque je dis que j'avais peur de vomir et rien que de vomir c'est que c'était l'objet ainsi que l'action certes qui m'angoissait et que le regard des autres je m'en fichais. Justement c'est bien ça "être émétophobe plus atteint", ça signifie que la peur ne se limite pas seulement à vomir en public....mais de vomir tout court, chez soi ou ailleurs, et forcément tout ce qui pourrait nous écoeurer au point de nous faire vomir, comme les gens qui vomissent ou un pâté sur le trottoir....bref j'ai l'impression qu'on a pas les mêmes notions au sujet de cette phobie.

Ensuite pour ce qui est des thérapie, il n'y en a des tas et j'ai l'impression que vous vous cantonnez à la psychanalyse. Souvent dans le cas des phobies on préconise la TCC qui n'opère pas du tout de retour en arrière mais qui tente de faire décamper les idées anxiogènes et les mauvaises habitudes et justement la TCC tout le monde (avec un peu, beaucoup de bonne volonté) peut se l'appliquer à soi-même au moyen de défis en tous genres....

Bref tout ce que je dis là est écrit sur ce site, je crois ne rien inventer.
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Saphir le Lun 2 Avr 2012 - 20:13

J'ai toujours eu très peur de vomir tout court. En public, c'est la cerise sur le gâteau, certes. Mais même dans mon lit, bien au chaud, l'idée qu'il m'est possible de vomir dans la nuit, par exemple, m'a autrefois été insupportable.

Ceci dit, je suis d'accord sur l'idée qu'il s'agisse (en partie) d'un désir de contrôle, mais je me rends compte aussi que j'ai toujours été une angoissée chronique. Et quand je déteste un boulot, par exemple, mon mal-être se traduit par un regain de la phobie... Donc je dirais qu'il y a tout simplement une "sensibilité", derrière tout ça. Pourquoi, comment, à chacun de trouver sa propre réponse. Mais je pense aussi que certains naissent tout simplement ainsi.
Saphir
Saphir
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1700
Age : 32
Localisation : Bruxelles, Belgique
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 20:39

Leigh, effectivement on ne s'est pas compris du tout parce que par les "plus atteints" je voulais dire toutes les formes (donc y compris tout seul sans personne pour nous voir), et en parlant de thérapie j'ai mis entre parenthèses les thérapies comportementales (donc TTC) qui n'ont pas vocation à faire travailler sur soi de la même manière qu'une thérapie générale ou une psychanalyse.
Saphir : ce qui est sûr c'est que les gens phobiques sont des hyper sensibles. Mais personne ne naît avec une phobie, une phobie c'est un mécanisme de défense pour se protéger de quelque chose qui nous terrorise et qui est tellement indicible et surtout avant tout inconscient, que ce quelque chose se retrouve protégé en surface par une phobie qui dans 99% des cas n'a rien à voir avec le traumatisme lui même. Le 1% des cas étant les gens qui ont la phobie de vomir parce qu'ils ont bop vomi étant petits ou pour n'importe quelle autre raison précisément liée aux vomissements, et ça ça ne s'appelle pas une phobie, ça porte un autre nom que j'ai oublié, et qui se soigne beaucoup plus rapidement qu'une phobie.
C'est dans tous les manuels de psycho de première année... Donc ce que j'essaye juste de dire depuis le tout premier post c'est que la phobie de vomir n'a visiblement rien à voir avec le fait de vomir

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Saphir le Lun 2 Avr 2012 - 20:44

Non, bien sûr, on ne naît pas émétophobe. Je ne suis pas née émétophobe, mais j'ai eu toutes sortes de peurs irrationnelles dans mon enfance. Pendant tout un moment, je refusais de mettre ma tête sous l'eau (j'étais assez vieille, 13 ans peut-être), simplement parce qu'après une baignade j'ai eu de l'eau coincée dans l'oreille ça m'a fait paniquer. Cet exemple n'en est qu'un parmi d'autres. Depuis toujours, je vogue d'angoisses en angoisses, et la phobie de vomir est celle qui dure le + longtemps depuis jusque maintenant.
Saphir
Saphir
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1700
Age : 32
Localisation : Bruxelles, Belgique
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Invité le Lun 2 Avr 2012 - 20:47

Bonsoir,

Non malheureusement, la phobie n'est pas que sociale, meme si pour des non emetophobes, la crainte premiere est de vomir devant tous (associe a la honte et au degout, sauf situations d'ivresse ou beaucoup se pretent a rire) je fais partie moi aussi des emetophobes purs et durs, meme quelqu'un d'autre qui vomi me fait paniquer et pas pour des raisons de contagion, juste que c'est obsessionellement-morbidemment affreux et deconcertant.

Et je pense que l'exception de l'ivresse, la vraie, celle qui te fait tout oublier, traduit le fait d'etre deshinibe et donc, d'accepter inconsciemment ce non-controle de soi.

Pour ma part, je suis emetophobe tout court, il y a deux ans, je me suis enfilee je ne sais combien de verres et une bouteille, j'etais sous le point de vomir avec contractions de remontees. Vraiment la nausee quoi.
Finallelent ca m'a fait plus rire qu'autre chose, j'ai rassure les gens et je n'ai pas vomi, juste un gros dodo...

Parcontre, quand je ne suis pas ivre, je sais que la moindre nausee me fait si peur, meme seule dans mon lit, meme a cote de quelqu'un ... C'est parce que j'ai peur de perdre le controle, en etant consciente .
Je sais que dans mon passe j'ai vecu certaines choses que je pourrais associer a cela de plus, je sais qu'elle resurgit quand quelque chose ne va pas dans ma vie : ce que le corps envoie, c'est une traduction de l'esprit. Mais je ne connais pas l'origine de ma phobie. Le gros soucis aussi c'est que les occasions de cette phobie se multiplient autant qu'il y a d'etre vivants (survenue accidentelle, incontrolable, sans raisons ...) et que cela nous maintient dans une angoisse perpetuelle dont l'un des signes les plus connus sont la nausee.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 20:48

https://emetophobie.forumpro.fr/t24-l-emetophobie-pure

https://emetophobie.forumpro.fr/t25-l-emetophobie-sociale

Voilà la différence que nous faisons ici, la première étant une phobie que je caractériserais de "viscérale" et la seconde simplement une phobie sociale comme peut l'être l'agoraphobie....

Pour les thérapies chacun son truc.
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 20:56

Iris88 a écrit:
Et je pense que l'exception de l'ivresse, la vraie, celle qui te fait tout oublier, traduit le fait d'etre deshinibe et donc, d'accepter inconsciemment ce non-controle de soi.

Pour ma part, je suis emetophobe tout court, il y a deux ans, je me suis enfilee je ne sais combien de verres et une bouteille, j'etais sous le point de vomir avec contractions de remontees. Vraiment la nausee quoi.
Finallelent ca m'a fait plus rire qu'autre chose, j'ai rassure les gens et je n'ai pas vomi, juste un gros dodo...

.

J'aurais presque envie de dire que la phobie faite énormément réfléchir et ça constamment.
Une fois ivre, le cerveau est sur "off", on n'anticipe plus rien, on ne calcule plus et ne pense plus aux conséquences.
J'ai vomi 3x en étant ivre et phobique, la première fois c'était bizarre (ça faisait 12 ans que j'avais plus ressenti ça) et les deux fois qui ont suivi j'ai trouvé ça normal, je me suis levée, j'ai vomi, je me suis sentie mieux et me suis recouchée. Le lendemain tu te réveilles en véritable vainqueur, parce que finalement vu que tu n'as pas anticipé, tu n'as pas pu t'imaginer de choses atroces et tout, c'est tellement vite plié et je crois que c'est cette idée là qu'il faut s'enfoncer une bonne fois pour toutes dans le crâne....
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Invité le Lun 2 Avr 2012 - 20:58

Parfait Leigh. (ton nom a propos de Vivianne ?)

Je ne trouve absolument rien de plus a dire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 21:00

Iris88 a écrit:Parfait Leigh. (ton nom a propos de Vivianne ?)

Non, le surnom qu'un type de Liverpool m'a donné parce qu'il trouvait mon nom pas assez fun et cucul Very Happy !
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 21:06

Iris88 a écrit:

Je ne trouve absolument rien de plus a dire.

D'ailleurs, il faut que je dise que vendredi soir quand j'étais malade, c'est un peut ce qu'il s'est passé dans ma tête. Je me suis dit "bon quand je dois vomir, je me penche et en 5 secondes c'est fait, alors je vais pas me prendre la tête, je préfère jouer au solitaire (je suis une accro au solitaire)" et je pense que c'est pour ça que je n'ai plus d'angoisse ou de crise. JE VIS AU MOMENT PRESENT. Je n'anticipe plus le vomi, car faut l'avouer ça ne change absolument rien et puis la plupart du temps il ne vient jamais Wink !
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 21:14

le plus fou c'est quand même de se dire que pour ne pas vomir on est prêt à supporter des heures de nausée intense...
moi ce qui me fascine c'est de ne pas avoir vomi depuis 28 ans, de savoir pertinemment qu'une fois que ça m'arrive ensuite ça m'est égal et ça me fait presque rire (parce que mon angoisse est avant, pas pendant ni après), et que malgré ça j'y pense presque tous les jours, ou en tous cas au moins une fois par semaine, dès que j'ai trop mangé de quelque chose ou que j'ai le trac pour aller faire ci ou ça.
voilà un autre truc aussi : le trac, dont la première manifestation est souvent la nausée. je fais un métier artistique et tous les gens que je connais ont presque tous le trac, certains vomissent et d'autres pas à cause de ça, moi jamais évidemment, mais j'ai des nausées terribles qui me terrorisent au lieu d'arriver à relativiser en me disant que c'est une manifestation habituelle du trac !
ce que j'aillerais bien savoir, c'est si vous avez envie de pleurer parfois quand vous pensez que vous êtes sur le point de vomir ? une envie de pleurer comme une façon soit de dire que vraiment c'est pas juste d'être terrorisée à ce point, ou comme une façon de porter un regard de compassion sur la petite fille que vous redevenez dans ces moments-là...
si on part du principe que tous les traumatismes sont liés à la petite enfance, quand un truc nous fait du mal, en général c'est la petite fille en nous qu'il va toucher, pas l'adulte. vous êtes d'accord avec ça ?

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 21:17

ps : merci pour les 2 liens du forum. je ne savais pas qu'on peut n'avoir que peur de vomir en public mais pas seul chez soi. j'ai les 2 peurs.

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 21:22

cela-dit, Leigh, l"agoraphobie n'a rien de moins viscéral que l'émétophobie. un vrai agoraphobe a un mal fou à sortir de chez lui, ce qui le perturbe plus de fois par jour qu'un émétophobe... un agoraphobe peut en arriver au point de ne plus sortir du tout, de ne plus se ravitailler, et donc devoir être placé en soins ne serait-ce que pour être nourri... ça n'arrive pas à un émétophobe.

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 21:24

pimprenelle715 a écrit:le plus fou c'est quand même de se dire que pour ne pas vomir on est prêt à supporter des heures de nausée intense...
moi ce qui me fascine c'est de ne pas avoir vomi depuis 28 ans, de savoir pertinemment qu'une fois que ça m'arrive ensuite ça m'est égal et ça me fait presque rire (parce que mon angoisse est avant, pas pendant ni après), et que malgré ça j'y pense presque tous les jours, ou en tous cas au moins une fois par semaine, dès que j'ai trop mangé de quelque chose ou que j'ai le trac pour aller faire ci ou ça.
voilà un autre truc aussi : le trac, dont la première manifestation est souvent la nausée. je fais un métier artistique et tous les gens que je connais ont presque tous le trac, certains vomissent et d'autres pas à cause de ça, moi jamais évidemment, mais j'ai des nausées terribles qui me terrorisent au lieu d'arriver à relativiser en me disant que c'est une manifestation habituelle du trac !
ce que j'aillerais bien savoir, c'est si vous avez envie de pleurer parfois quand vous pensez que vous êtes sur le point de vomir ? une envie de pleurer comme une façon soit de dire que vraiment c'est pas juste d'être terrorisée à ce point, ou comme une façon de porter un regard de compassion sur la petite fille que vous redevenez dans ces moments-là...
si on part du principe que tous les traumatismes sont liés à la petite enfance, quand un truc nous fait du mal, en général c'est la petite fille en nous qu'il va toucher, pas l'adulte. vous êtes d'accord avec ça ?

Moi je ne comprends pas l'affirmation de la fin, car c'est vous qui avez décidé qu'il en était ainsi. Moi je n'ai jamais imaginé la petite fille qui était en moi ou je ne sais quoi.
Par contre, oh oui j'en ai pleuré, de rage de désespoir contre cette injustice qui s'abattait sur moi. Je me demandais pourquoi je ne pouvais pas réagir comme mes amis qui n'en faisait pas une maladie. Je me demandais si un jour ça s'arrêterait. Mais surtout et c'est bien ça le pire, durant les piques de crise j'avais des envies de suicide terribles et incontrôlables (un jour mon ex m'a récupérée sur un pont, sur le point de sauter, alors que moi je ne me rendais plus compte de rien, j'étais comme hypnotisée par l'angoisse) bref souvent je me demandais si c'était la dernière crise ou si je m'en sortirais cette fois encore. ( PS: je n'ai jamais eu peur de la mort donc c'était une idée plus rassurante qu'inquiétante pour moi).....
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 21:27

pimprenelle715 a écrit:cela-dit, Leigh, l"agoraphobie n'a rien de moins viscéral que l'émétophobie. un vrai agoraphobe a un mal fou à sortir de chez lui, ce qui le perturbe plus de fois par jour qu'un émétophobe... un agoraphobe peut en arriver au point de ne plus sortir du tout, de ne plus se ravitailler, et donc devoir être placé en soins ne serait-ce que pour être nourri... ça n'arrive pas à un émétophobe.

Ah mais je ne minimise pas l'agoraphobie et pour moi ce n'est pas l'angoisse qui est viscérale mais l'origine, d'où les guillemets. Ce que je voulais dire c'est que l'émétophobie pure c'est un conflit avec ses propres "viscères" car le monde on s'en fout ce qui nous fait peur c'est ce qui se trame dans notre estomac.

PS: le pendant dangereux de l'émétophobie c'est l'anorexie...pas mieux que chez les agoraphobes....
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 21:36

je comprends... je ne sais pas quoi répondre à ça parce que j'avoue ne jamais avoir essayé de dissocier l'aspect viscéral de l'aspect social de ma phobie. Je vais essayer, pour voir où ça mène. je n'y avais pas pensé... Merci...
Peut-être que vous pouvez envisager de réfléchir à ce truc de petite fille ou petit garçon qui est en nous, parce que c'est une réalité et ça pourrait vous aider. Absolument tout ce qu'on ressent à l'âge adulte découle de la façon dont on s'est construit à la petite enfance puis à l'enfance. Ce n'est pas une opinion de ma part, c'est ce qui découle de la lecture de n'importe quel livre qui traite de psycho. (il est temps de préciser que le sujet m'intéresse !)
Je sais ce que vous voulez dire par estomac mais ce qui nous inquiète le plus c'est surtout ce qui se trame dans notre gorge, là où se forment nos émotions, et qui peut sortir de notre bouche, là où elles s'expriment. Plus au sens figuré qu'au sens propre, évidemment !

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 21:50

pimprenelle715 a écrit:je comprends... je ne sais pas quoi répondre à ça parce que j'avoue ne jamais avoir essayé de dissocier l'aspect viscéral de l'aspect social de ma phobie. Je vais essayer, pour voir où ça mène. je n'y avais pas pensé... Merci...
Peut-être que vous pouvez envisager de réfléchir à ce truc de petite fille ou petit garçon qui est en nous, parce que c'est une réalité et ça pourrait vous aider. Absolument tout ce qu'on ressent à l'âge adulte découle de la façon dont on s'est construit à la petite enfance puis à l'enfance. Ce n'est pas une opinion de ma part, c'est ce qui découle de la lecture de n'importe quel livre qui traite de psycho. (il est temps de préciser que le sujet m'intéresse !)
Je sais ce que vous voulez dire par estomac mais ce qui nous inquiète le plus c'est surtout ce qui se trame dans notre gorge, là où se forment nos émotions, et qui peut sortir de notre bouche, là où elles s'expriment. Plus au sens figuré qu'au sens propre, évidemment !

La précision n'était pas nécéssaire ( Wink ) par contre moi je sais par mon expérience que tout le monde ne réagit vraiment pas de la même manière, donc les livres c'est sympa mais en faire une science à tout faire c'est pas top....car si tout était écrit dans les livres, autant dire que j'en serais pas à mon 7 ème psy qui ne comprend pas ce qu'il se passe dans ma tête....

Et puis je suis d'accord qu'il y a un lien avec l'enfance (je déteste l'image de la petite fille, c'est plus fort que moi, je détestais déjà ça enfant) bref oui beaucoup de choses découle de l'enfance mais en ce qui concerne la phobie, je dis non, car je m'en suis sortie et sans aller chercher midi à quatorze heure dans mes souvenirs d'enfance.....c'est les habitudes et les idées anxiogènes qu'il faut combattre et une fois qu'on leur enlève leur potentiel anxiogène, elles redeviennent des idées toutes simples. Vous nous donnez des conseils, très bien mais essayez d'envisager ceux qu'on donne ici aussi, les défis, les challenges, la volonté....elle est là la clé.....plus que dans le passé....car le passé on ne peut plus le changer....

Et pour l'estomac je parle bien des sensation que l'on a dans notre estomac. Pour ma part c'est ça qui m'inquiète. La gorge c'est de nouveau un truc complètement abstrait, avec une jolie signification....
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Saphir le Lun 2 Avr 2012 - 21:54

Chercher la cause ne règle pas le problème, vrai!! C'est par une TCC que j'ai pu réussir à vivre avec cette phobie, à chasser l'angoisse, à relativiser...
Saphir
Saphir
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1700
Age : 32
Localisation : Bruxelles, Belgique
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 22:10

Certes, votre phobie s'est atténuée au point de devenir gérable voire secondaire mais elle existe toujours, si j'ai bien compris ? Puis que vous êtes sur ce forum pour en parler. Donc une thérapie comportementale vous a aidé à vivre avec mais n'a pas soigné la cause, on est d'accord ? Donc vous vous êtes penchée sur le moyen de vivre avec, mais pas sur celui de comprendre d'où ça venait afin que ça s'en aille, si je vous suis bien, et en répondant que chercher la cause ne règle pas le problème, en ce qui vous concerne ça vous suffit d'arriver à vivre avec même si ça reste en arrière plan, c'est bien ça ? Je respecte tout à fait et je comprends, on est déjà bien content quand on arrive à vivre avec. Disons simplement que le fait d'avoir 15 ans de plus me donne envie de plus que ça...

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 22:15

Je peux juste vous confier une expérience personnelle, Leigh. Je détestais aussi la petite fille en moi. Puis un jour j'ai compris que je ne commencerais à aller mieux que le jour où je m'occuperais de la petite fille qui était en moi, et dont ma mère ne s'était pas bien assez occupée quand j'étais petite. Ca aide beaucoup dans les moments d'angoisse. D'une part ça permet de prendre soin de soi, de se rassurer, donc de calmer l'enfant en nous qui a peur, et d'autre part ça permet de renvoyer certaines peurs là où elles doivent rester, dans l'enfance, parce que ce temps-là est passé et qu'il y a des choses qu'on ne réparera jamais.
Bonne nuit les filles, et merci beaucoup d'avoir discuté avec moi.

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 22:25

pimprenelle715 a écrit:Certes, votre phobie s'est atténuée au point de devenir gérable voire secondaire mais elle existe toujours, si j'ai bien compris ? Puis que vous êtes sur ce forum pour en parler. Donc une thérapie comportementale vous a aidé à vivre avec mais n'a pas soigné la cause, on est d'accord ? Donc vous vous êtes penchée sur le moyen de vivre avec, mais pas sur celui de comprendre d'où ça venait afin que ça s'en aille, si je vous suis bien, et en répondant que chercher la cause ne règle pas le problème, en ce qui vous concerne ça vous suffit d'arriver à vivre avec même si ça reste en arrière plan, c'est bien ça ? Je respecte tout à fait et je comprends, on est déjà bien content quand on arrive à vivre avec. Disons simplement que le fait d'avoir 15 ans de plus me donne envie de plus que ça...

Premièrement, l'âge, à mon avis, ne veut rien dire, vu que chaque parcours est différent (vous avez bien dit être éméto que depuis vos 18 ans alors qu'ici beaucoup le sont depuis l'enfance)

Deuxièmement, je ne dis pas que je suis guérie, car on reste imprégné par la peur, une fois qu'on l'a connue, on ne peut plus l'oublier. Mais je n'ai plus angoisse, ni crise, ni d'anticipation, ni de TOC, je pense donc pouvoir dire que je ne suis plus phobique du tout. Par contre j'ai mon passé de phobique obsessionnelle ça c'est sûr et je ne m'en débarrasserai sûrement jamais. Si je suis là c'est parce que c'est le seul forum où je connais les gens, où j'ai l'impression de pouvoir aider par mon expérience justement.

Et puis si vous voulez la chercher l'origine, faites-le....mais selon moi ce n'est pas dans cette ordre que ce font les choses....il faut être serein pour faire une introspection et si vous êtes encore en plein dans la phobie ce ne sera pas très aisé (et en plus une psychanalyse peut prendre des années donc autant rendre la vie supportable premièrement et creuser ensuite...).....et puis pensez-vous, si on en parle c'est qu'on l'a aussi cherchée à un moment donnée cette réponse, mais on a réalisé que ce n'était pas la solution.....(je suis actuellement en psychanalyse et bien je vous le jure l'efficacité est loin d'être celle de la TCC ou même les techniques de défis et désensibilisation.

Mais je crois que votre avis est déjà fait par vos livres alors procédez comme vous l'entendez mais n'essayez pas de mettre en doute nos méthodes car elles sont toutes différentes et je ne pense pas qu'on puisse les hiérarchiser.
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Saphir le Lun 2 Avr 2012 - 22:28

Plein de choses de mon enfance me sont venues à l'esprit lorsque je cherchais la "cause". Peut-être fait-elle partie de ces choses que je me suis remémorées, peut-être que c'est le "tout" qui me rend "comme ça". J'ai aussi cette impression de ne pas avoir reçu assez d'amour, d'attention, de câlins. En tout cas, pas autant que j'en aurait voulu. Savoir cela et le ruminer n'a rien changé...

Par contre, ce qui m'aide, c'est d'arrêter de m'écraser face à la vie. Il n'y a pas si longtemps, je faisais plein de petits boulots étudiants juste parce que "il faut faire ça comme ça, sinon les gens pensent qu'on est paresseux". Je ne voulais pas changer de programme universitaire "parce que ça fait lâche". Je ne voulais pas dire NON en général "parce que l'autre espère vraiment". Tu comprends? J'ai appris à dire NON, à dire stop. À me demander ce que MOI je voulais vraiment, et pas ce qui est bien vu de faire en X ou Y circonstance et de faire pareil... Donc en gros, à cesser de vouloir faire PLAISIR aux autres et me faire PLAISIR à moi. Finalement, on se rend compte que les gens s'en foutent pas mal, et que ceux qui parlent en mal de nous, ce ne sont finalement que des gens de peux d'importance dans nos vies.

Voilà, moi, ce qui m'aide à vivre avec la phobie. Parce que non, elle n'est disparue totalement. Je me considère guérie, mais j'ai toujours cette petite crainte quand survient une nausée. J'adore aller au resto, j'adore manger, j'adore aller en ville, voir des films, des spectacles, prendre un (plusieurs!) verres. Je fais mon master, je me lève chaque matin sans penser au vomi. Je mange des choses grasses parfois, dures à digérer. Et je n'angoisse pas. les seuls moments où j'angoisse, sont quand je remarque que j'ai une vraie nausée. Et souvent ça part rapidement, alors pourquoi m'en faire plus?? Pourquoi chercher plus loin??
Saphir
Saphir
Eméto de Diamant
Eméto de Diamant

Féminin
Nombre de messages : 1700
Age : 32
Localisation : Bruxelles, Belgique
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Leigh le Lun 2 Avr 2012 - 22:29

pimprenelle715 a écrit:Je peux juste vous confier une expérience personnelle, Leigh. Je détestais aussi la petite fille en moi. Puis un jour j'ai compris que je ne commencerais à aller mieux que le jour où je m'occuperais de la petite fille qui était en moi, et dont ma mère ne s'était pas bien assez occupée quand j'étais petite. Ca aide beaucoup dans les moments d'angoisse. D'une part ça permet de prendre soin de soi, de se rassurer, donc de calmer l'enfant en nous qui a peur, et d'autre part ça permet de renvoyer certaines peurs là où elles doivent rester, dans l'enfance, parce que ce temps-là est passé et qu'il y a des choses qu'on ne réparera jamais.
Bonne nuit les filles, et merci beaucoup d'avoir discuté avec moi.

Votre expérience est touchante mais ne concerne que vous.
Je ne déteste pas la petite fille qui est en moi. J'ai juste toujours détesté qu'on m'infantilise. Ayant été une enfant très éveillée je n'ai jamais supporté qu'on s'adresse à moi comme à un enfant alors que je comprenais les conversations d'adulte. C'est pour quoi je déteste entendre parler de la "petite fille" j'ai l'impression qu'on me renvoie à une frustration énorme....
Leigh
Leigh
Eméto d'Or
Eméto d'Or

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 31
Localisation : Suisse, Lausanne
Date d'inscription : 28/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 22:43

C'est chouette ce que vous dites, Saphir, merci d'avoir eu envie de le partager...
Vous aussi Leigh...
J'ai fait les choses dans l'ordre, j'ai fait une thérapie comportementale et arrêté de vivre dans l'évitement il y a des années, je ne suis juste pas satisfaite de ma vie parce que je sais que le truc est toujours là dans un coin, pas réglé, et j'en ai marre de le sentir latent quand quelque chose ne va pas bien, donc j'ai envie d'aller plus loin. Tout simplement... Ce n'est pas tant une histoire de livres qu'une histoire de s'intéresser à la psycho en général. Une amie est morte il y a quelques années et je me suis occupée de vider son appartement, elle avait un doctorat de psycho et plutôt que de jeter tous ses livres et ses courts je les ai pris et je les ai lus, et ça m'a passionnée, tout bêtement....
Merci beaucoup les filles... Bonne nuit.

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Invité le Lun 2 Avr 2012 - 22:59

pimprenelle715 a écrit:C'est chouette ce que vous dites, Saphir, merci d'avoir eu envie de le partager...
Vous aussi Leigh...
J'ai fait les choses dans l'ordre, j'ai fait une thérapie comportementale et arrêté de vivre dans l'évitement il y a des années, je ne suis juste pas satisfaite de ma vie parce que je sais que le truc est toujours là dans un coin, pas réglé, et j'en ai marre de le sentir latent quand quelque chose ne va pas bien, donc j'ai envie d'aller plus loin. Tout simplement... Ce n'est pas tant une histoire de livres qu'une histoire de s'intéresser à la psycho en général. Une amie est morte il y a quelques années et je me suis occupée de vider son appartement, elle avait un doctorat de psycho et plutôt que de jeter tous ses livres et ses courts je les ai pris et je les ai lus, et ça m'a passionnée, tout bêtement....
Merci beaucoup les filles... Bonne nuit.

Sans vouloir etre indiscrete, peut etre eprouve tu (le vouvoiement me derange) des difficultes dans ta vie.
Je me permets de dire que je ressens de la frustration dans tes ecrits.
Tu as fais une therapie comportementale vis a vis d'eventuels troubles en rapport avec ta phobie ?
Je pense que le probleme de ton cote "petite fille" n'est pas resolu ou que tu as du eviter, par reserve, d'en parler lors de ta therapie.

Personnellement, je pense au cas par cas, et que chacun est libre de se ressentir libere lorsqu'il a tire benefice par tel ou tel moyen.
C'est tres difficle de sentir satisfaction dans sa vie si le probleme te rumine, je pense que tu fais partie des personnes qui ont besoin d'aller plus loin. La satisfaction ne s'arrete pas forcement a l'hygienne de vie, au niveau de vie, aux biens materiels ou a l'affectif que tu recois mais qui ne sera jamais celui maternel.

Personnellement, j'aurais tord de dire que je n'ai pas recu d'affection, je me dis :" qui suis je pour dire une chose pareille ?" juste qu'on ne m'a pas aimee comme je le souhaitais naturellement.
Je pense qu'un probleme sous jacent fait rejaillir ta phobie encore plus fort et qu'a force, cela te dirige vers une remise en question. L'Homme a beaucoup de mal avec le passe, quoi qu'en dise avec le legendaire "carpe diem" il s'agit simplement, a mon humble avis, de juste limiter les degats. Mais je pense que personne n'atteindra satisfaction dans son vecu, c'est par ailleurs ce qui nous donne un but et un peu d'espoir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Lun 2 Avr 2012 - 23:32

oui frustration parce que même si je prends sur moi et que je vis normalement, ça me coute donc c'est usant.
sinon pas de difficultés de vie en dehors de ça, je fais le métier que je voulais faire, je gagne bien ma vie, mon fiancé est chouette, on a une petite fille de 12 ans qui va super bien, mes parents sont en vie et on est assez proches, mes amis sont chouettes, etc. la thérapie comportementale que j'ai faite a duré 6 mois et m'a suffit pour apprendre à relativiser le chose et vivre avec. après j'ai fait une thérapie pendant & an où je n'allais pas en profondeur et je voyais bien que je n'avais pas envie donc perte de temps, puis quelques années plus tard, quelques mois de psychanalyse mais pas mon truc, puis quelques années plus tard trois ans de thérapie, parce qu'en parallèle je luttais contre de l'agoraphobie et de la claustrophobie dont - je te le donne en mille - le seul symptôme était la nausée, donc pas facile. j'ai fini par arrêter parce que je trouvais que ça n'allait pas assez vite et que je n'avais pas envie de passer dix ans à me dire "il faut que je pense à dire à mon psy que je viens de penser à tel truc", et qu'en même temps j'avais d'autres choses à faire, m'occuper de mon travail qui est très prenant, de moi en tant que femme, + compagne, + mère, etc, et là je viens d'avoir quarante ans et j'en ai juste marre que la plupart du temps je sente ce truc pas tranquille en arrière plan, c'est juste épuisant ! et la psycho en tant que telle me passionne mais j'oscille entre trouver vraiment intéressant de travailler sur soi et trouver que profiter de la vie est peut-être plus important parce qu'elle est courte, donc je ne sais pas...
Pour ce qui est du côté petite fille, j'ai du mal m'exprimer si tu penses qu'il y a quelque chose que je n'ai pas réglé au point d'employer ce mot. J'ai simplement lu pas mal de choses sur différents courants psychanalytiques et sur toutes sortes de courants psychothérapeutiques et partout j'ai retrouvé la même conclusion que toute notre vie on cherche à réparer des choses de la petite enfance, que ce soit pour recevoir enfin ce qui a manqué, ou pour continuer de manquer en répétant les schémas connus... bref, tout ça est très compliqué, très complexe, et très fatiguant !

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Invité le Lun 2 Avr 2012 - 23:58

Je pense que la tjerapie sur soi est une tres bonne idee. Ma grand mere a fait des annees de psychanalyse, therapies comportementales, ect... Et j'en passe, sans grand resultats. Finallement, c'est en fin de vie qu'elle a trouve son bonheur, ma mere et moi nous occupions d'elle, finallement apres une semaine de soins, ma maie a dit pour la premiere fois a ma mere qu'elle l'aimait puis est partie trois jours apres.

Tu sais, c'est mon avis (tres) humble, mais j'ai trouve que les psys infantilisaient ma mamie meme quand elle avait le meme age que toi. Et je dois t'avouer que je n'apprecie pas du tout. C'est sur que si on te dit que tu es malade ou que tu as besoin d'aide, tu vas te comporter tel quel. Si la tache est dure, c'est parce que je pense que tu as compris inconsciemment que tu devrais te fier a toi meme. De plus, question temps, tu as toute la vie pour t'aider, et pas besoin de debourser pour des choses auxquelles, si je ne m'abuse, tu ne croyais pas toujours.

Je pense aussi que tu te sens innondee par le fait que tu dois assumer du mieux que tu peux en temps que femme, compagne, mere ... Mais si tu es une bonne compagne, mere etc, tu n'as pas a te poser de questions, contemporainement, etre une femme, on en a fait un probleme, mais ces choses devraient te paraitre naturelles ou devraient l'etre. Je suis sure que si tu parles de ton passe douloureux avec ta mere, c'est que tu realises que tu as echappe a ce schema envers ta fille et que ce passage douloureux refait par consequent surface, sensible a l'injustice que tu as vecue.

Pour profiter de la vie, il faut une bonne hygienne mentale, et donc prendre le probleme dans l'ordre: te poser, de temps a autres, si le coeur t'en dis et de reflechir a tout cela. Il n'y qu'avec soi meme qu'on n'eprouve point de reserve. Personnellement, pour finir, je ne pense pas qu'il faille trop se fier a cette fatalite de reproduire un schema, je pense qu'il y a une remise en question sur tes agissements, une fille violee par son pere ne va pas forcemment reproduire cela. Trop de rancoeur de honte... A titre d'exemple

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  pimprenelle715 le Mar 3 Avr 2012 - 0:27

Merci iris...
bonne nuit.

pimprenelle715
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 30/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Les points communs aux émétophobes et non émétophobes Empty Re: Les points communs aux émétophobes et non émétophobes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum