L'émétophobie Pure

Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 14:14



Dernière édition par le Sam 26 Jan 2008 - 19:26, édité 11 fois
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 15:07

Définition de l'émétophobie

La définition de l'émétophobie du dictionnaire est la suivante :


"s. f.(angl. emetophobia) Crainte morbide de vomir."

Mais d'abord, qu'est ce qu'une phobie ? Voici la définition donnée dans Psychiatrie de l'adulte (Th.Lemperière et A.Féline) :

"La phobie est une crainte angoissante spécifique

1 ) déclenchée par un objet ou une situation n'ayant pas en eux-mêmes un caractère dangereux

2 ) disparaissant en dehors de l'objet ou de la situation, ce qui entraîne des conduites d'évitement caractéristiques

3 ) au delà du contrôle volontaire bien que le malade soit conscient du caractère absurde de sa crainte. "



Les différences entre simple peur et phobie :

L'émétophobie Pure Tableaudefinitionemetoki5



Généralités

L'émétophobie est une phobie moins courante que d'autres et souvent, les personnes victimes de ce mal ne veulent pas en parler, considérant ce sujet comme "tabou". Elles se replient sur elles-mêmes, évitant certains actes (pourtant essentiels à la vie), certains lieux, certaines situations susceptibles de les faire vomir.

L'émétophobie doit être considérée comme un handicap, interdisant la sociabilisation totale du malade.

Ce trouble peut évoluer et se voir greffer d'autres problèmes d'ordre psychique, comme l'anorexie, la spasmophilie, l'agoraphobie, l'hypocondrie, la paranoïa etc ...

Il faut voir un lien entre notre problème et le stress. De façon générale, le stress motive, pousse à la performance ; cependant quand il surgit de façon massive, notre peur devient destructrice, elle paralyse, elle bloque toute réaction. Plusieurs symptômes apparaissent alors :

- nausées
- bouche sèche
- palpitations cardiaques
- sensation de vertige
- sensation de gorge et / ou d'estomac noué(e)s
- tremblements
- bouffées de chaleur / transpiration
- froid intense / chair de poule
- faiblesse générale etc ...

Puisque notre peur est liée aux vomissements, souvent, en période d'angoisse, des nausées psychologiques apparaissent, faisant redoubler d'intensité notre malaise.


Il s'agit d'un cercle vicieux infernal et sortir de là n'est pas évident :

L'émétophobie Pure Schemadefinitionemetoar8


Dernière édition par le Sam 26 Jan 2008 - 19:10, édité 2 fois

_________________
Vahina
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 15:11

Evolution

Pour schématiser un peu l'évolution de l'émétophobie, nous pouvons la comparer à un arbre et essayer de retracer son histoire.

Comment est ce que ça se passe ? Comment nait-elle ? Comment " pousse-t-elle " tout au long de notre vie ?

C'est un processus qui se met en place. C'est long et on ne s'en rend pas toujours compte dès le départ.

Pour mieux comprendre cette évolution et voir étape par étape les images et les commentaires :


L'émétophobie Pure Arbrehiverme5



Etape 1 :

L'émétophobie Pure Arbrehiver0sg5


Un événement particulier ( différent pour chaque personne ) survient et engendre une angoisse. C'est l'origine de la phobie, représentée par les racines de l'arbre. Cet événement n'est pas forcément traumatisant en lui-même en dehors des circonstances, de la situation qui l'entourent. Mais le tout assemblé contribue à créer le point de départ de la phobie.

La plupart du temps, nous n'avons pas pleinement conscience de ce point de départ. D'où la nécessité de suivre une thérapie pour creuser et éventuellement déraciner le problème de base.


Etape 2 :

L'émétophobie Pure Arbrehiver1sn8


Le tronc de l'arbre représente notre angoisse de base qui s'est cristallisée sur le vomi et le fait de vomir. Cela découle des racines ( de l'origine pure de la phobie ) et cela se " construit " autour du vomi.

Pourquoi le vomi ? Il pourrait s'agir d'autre chose mais ce sont les circonstances particulières du moment qui ont voulu que ce soit ça.

Donc nous avons les racines de notre phobie ( l'origine pure ) qui se sont focalisées sur le vomi ( représenté par le tronc ).

En n'y prêtant pas attention au plus tôt, la phobie peut empirer.


Etape 3 :

L'émétophobie Pure Arbrehiver2kp1


Avec le temps, la peur du vomi se ramifie et s'étend progressivement. Elle peut toucher différentes situations de la vie quotidienne, sans toutefois être handicapante socialement de façon obligatoire.

Chaque ramification peut représenter un léger handicap, et la personne ne s'en rend pas toujours compte.

Par exemple, une branche pourrait être assimilée à l'alcool. Un émétophobe qui aura rencontré une situation angoissante au niveau de l'alcool ( vomissements d'un proche en état d'ébriété, reportage sur l'état d'ébriété à la télévision ... ) refusera systématiquement d'en boire une seule goutte. Si on laisse faire le temps, la personne refusera progressivement ne serait-ce que de côtoyer quelqu'un qui boit. Donc les lieux où l'on boit. Donc les discothèques, les soirées entre amis, puis les soirées en famille ...


Etape 4 :

L'émétophobie Pure Arbrehiver3oz8


Les associations erronnées se développent avec la confrontation aux situations angoissantes quotidiennes. La personne se sent envahie par quelques pensées obsessionnelles voire quelques TOCS.

Pour reprendre l'exemple de l'alcool, l'émétophobe n'a pas consulté à temps. Résultat, la phobie a gagné du terrain et il lui est de plus en plus difficile de se retrouver en compagnie de gens qui boivent.

A l'alcool se sont rajoutées d'autres " superstitions " ou associations erronées. Tout ce que le sujet entend ou voit concernant ce qui est susceptible de le faire vomir ou de le rendre malade est rayé de sa vie, ou plutôt, est rajouté sur sa liste de " choses à bannir ". Les fêtes foraines, certains aliments, certains médicaments, pour parler de façon plus générale, certains comportements ou situations sont proscrits par nos soins.


Etape 5 :

L'émétophobie Pure Arbrehiver4hx3


Les associations erronées qui sont pour nous des " superstitions " se multiplient de plus en plus. Les ramifications se développent très vite en fonction du quotidien. La personne se sent davantage handicapée et s'interdit plusieurs objets et / ou situations de peur, non seulement de vomir, mais en plus de se créer une crise d'angoisse qu'elle juge inutile et superflue.

Le temps passe et la phobie devient plus présente. La liste de tous les comportements prohibés s'allonge quasiment de façon quotidienne, selon les difficultés rencontrées.

Par exemple, s'il nous arrive d'avoir un petit malaise du genre nausée dans le train, ou si on entend / voit quelqu'un vomir ou souffrir de nausée dans le train, ou encore si nous entendons parler d'une personne ayant eu des nausées dans un train, nous allons bannir l'élément train de notre vie. Cela peut se produire avec tout et n'importe quoi.


Etape 6 :

L'émétophobie Pure Arbrehiver5pk6


La phobie prend énormément de place dans notre vie. Toutes les " lois " ou " superstitions " qui sont ces associations erronées que nous accumulons chaque jour, nous empêchent de vivre correctement notre quotidien. La personne n'ose plus s'aventurer du tout sur les terrains angoissants. Elle se coupe davantage du monde et rentre dans le cercle vicieux de l'évitement.

Or, éviter toutes les situations terrorisantes revient pratiquement à éviter le monde social et la nourriture ( pour beaucoup d'émétophobes sévèrement atteints ), ce qui est impossible pour la survie de l'être humain.

A ce stade, il faut impérativement décider de consulter, de se faire aider. Il y a énormément de travail à effectuer sur soi, il faut " casser " chacune des branches petit à petit pour reprendre un semblant de vie normale.


Etape 7 :

L'émétophobie Pure Arbrehiver6iz2


Voici l'arbre représentant un émétophobe très atteint. Les associations erronées sont excessivement nombreuses et la personne se coupe totalement du monde par peur du vomi. Elle refuse catégoriquement d'affronter quelconque situation qui pourrait l'angoisser un minimum. Elle se replie sur elle-même et tourne dans son cercle vicieux sans pouvoir s'arrêter.

Les comportements et situations prohibés sont tellement variés et touchent tellement à tout que la personne refuse même l'aide qu'on lui propose. Elle se sent envahie à la moindre tentative d'approche et n'éprouve qu'un seul besoin : celui d'être rassurée en permanence concernant le vomi.

Les épisodes d'épidémie de gastro-entérites hivernales sont un bon exemple : de peur de l'attraper, l'émétophobe s'enferme chez lui et refuse de sortir. Il refuse tout contact avec une personne venant de l'extérieur et accentue ses rituels de lavage de mains et de harcèlement de questions aux autres.


Dernière édition par le Sam 26 Jan 2008 - 19:11, édité 2 fois

_________________
Vahina
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 15:13

Origines

Il semblerait que beaucoup d'émétophobes se retrouvent dans les points suivants :

- L'angoisse de séparation par rapport à la mère : angoisse de savoir ses parents loin, peur de couper le cordon, peur de grandir, d'avancer ...

- La maîtrise de soi / le contrôle : exercer un pouvoir sur soi, sur les événements. Avoir du mal avec l'imprévu, aimer avoir le choix, une alternative, par besoin d'être rassuré.

- Le perfectionnisme : besoin de plaire, d'être bon ... Mal digérer l'échec.

- L'Autre : le jugement d'autrui sur soi. La personne se sous-estime, se dévalorise.

- La peur de l'inconnu ( qui rejoint le contrôle + l'angoisse de séparation ) : besoin de stagner par peur d'avancer dans la vie, d'évoluer. Auto-destruction. Evitement de situations nouvelles.



-------------------------------------------------------


Il faut savoir que ces 5 points ne se retrouvent pas forcément chez tous les phobiques du monde. En revanche, beaucoup se sont retrouvés là dedans. La phobie dont nous souffrons ne date pas d'hier. Il a du y avoir un traumatisme dans l'enfance ou dans l'adolescence qui avait ou n'avait pas de rapport direct avec le vomi. Notre problème de base n'est pas forcément le vomi. C'est quelque chose de beaucoup plus profond que ça et nous l'avons transféré là dessus. C'est devenu notre terreur numéro 1 parce qu'il y a eu une projection de toutes nos angoisses dessus.

Pour connaître l'origine de la phobie, il faut creuser, chercher. Un membre de la famille ou un ami proche malade dans l'enfance ? Avez vous fait un voyage scolaire qui s'est mal passé ? Votre mère vous a-t-elle manqué à un moment ou à un autre et l'avez vous mal vécu ? Avez vous vomi tout seul étant petit et avez vous été effrayé par la chose ? Avez vous vomi en public et avez vous eu peur / honte ? Est-ce arrivé à quelqu'un de votre entourage proche ?

Il faut chercher le début de tout ce déclenchement. Il faut également envisager une thérapie ou des thérapies pour essayer de comprendre le pourquoi du comment ou tout simplement pour arriver à vivre mieux, en gérant ses angoisses. La thérapie analytique, la thérapie comportementale et cognitive, l'hypnose ... Voilà des solutions pour nous. Bien sûr, un psy génial pour X ne sera pas forcément un psy génial pour Y, c'est à nous de nous prendre en main, de faire les démarches si nous voulons nous prouver que nous pouvons sortir de là. Il ne faut pas s'enterrer dans la phobie. Il faut arrêter de plonger dans la stratégie d'évitement. Plus on évite, plus la liste des situations / objets à éviter se rallonge. C'est inutile et ça ne fait qu'empirer les choses. Il faut se forcer à aller de l'avant au début. Si nous ne le faisons pas, personne ne le fera pour nous. Il ne sert à rien de pleurer sur son sort, il faut regarder devant, même si nous avons justement peur de ce " devant ".


Dernière édition par le Sam 26 Jan 2008 - 19:12, édité 1 fois

_________________
Vahina
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 15:15

Conseils

Au final ... comment réagir lorsqu'on se rend compte que quelque chose cloche chez nous ?

Pas de panique, il faut déjà accepter qu'on a un problème. On a peur de vomir, ce qui n'est pas "rien", contrairement à ce que l'entourage peut penser.

Il faut se mettre dans la tête que dépenser une fortune en scanners, en échographies, en I.R.M, en gastroscopies j'en passe et des meilleures .. ne sert strictement à rien, hormis à rassurer notre angoisse. Nous n'avons pas de problème physiologique à proprement parlé. Les examens ne montrent aucun dysfonctionnement. Les médecins sont perplexes. Nous nous plaignons sans arrêt de terribles nausées mais ils ne voient aucune solution à notre cas.

Quelle est la bonne solution ? Que faire ? Comment réagir face à "ça" ?

- Ne pas avoir honte d'en parler aux Autres :

Ceci est une grande première étape.
Même si les copains/copines ont une fâcheuse tendance à la mauvaise plaisanterie ... ouvrons-nous. Libérons-nous de ce fardeau. Parlons-en sérieusement. Tentons de leur expliquer notre souffrance. Décodons ce que nous subissons au quotidien en mots. Essayons de lister les handicaps que cette phobie nous procure.(que m'empêche-t-elle de faire et à quel(s)moment(s) de la journée ?)

- En parler à un spécialiste :

Pourquoi pas ? Si quelqu'un qui connaît le cas peut nous écouter parler, nous diriger dans nos souvenirs voire nous orienter vers une thérapie spécialisée dans notre souffrance ... Cela peut nous être bénéfique.

Il existe plusieurs types de thérapie :

- La thérapie dite classique
- La psychanalyse
- La Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC)
- L'hypnothérapie
etc etc ...

"Mais quelle thérapie est la bonne pour mon cas à moi ?" Seul un psychiatre/psychologue peut répondre à cette question.

On peut nous prescrire des anxyolitiques et des anti-dépresseurs pour "lutter" contre certains effets dus à notre phobie. ( angoisses, état dépressif ...) [ Je ne suis pas médecin mais personnellement, j'ai eu ma dose de ce genre de cachets qui n'ont pas eu grand effet sur moi].

- Communiquer entre émétophobes :

C'est évident, cela soulage. Nous nous croyions seuls, et bien non. De nombreuses autres personnes sont dans notre cas. Pourquoi ne pas essayer de réfléchir ? Pourquoi ne pas essayer, chacun de notre côté d'abord, d'analyser notre problème ? D'où vient-il ? Comment a-t-il commencé ? Et quand ? dans quelles circonstances ?
Nous pouvons ensuite nous raconter nos histoires et tenter de trouver des points communs.

Certains diront que parler entre émétophobes équivaut à se complaindre dans son malheur et à tourner dans le cercle infernal. Personnellement je ne pense pas. Dans mon entourage, personne ne vit ce que je vis et personne ne comprend réellement ce que je ressens. Evidemment, je tente de mettre des mots. Mais pour quelqu'un qui ne subit pas cette angoisse ... cela reste flou. Parler entre nous peut déjà nous soulager, nous enlever cette impression d'être seul. Grâce aux autres émétophobes, nous ne perdons pas espoir de guérir un jour.

- S'initier aux méthodes de relaxation :

Ca peut paraître bête, mais peut aussi se révéler assez efficace. Le yoga par exemple, nous apprend la limite du corps et de l'esprit ( du mental), les techniques de respiration, à être maître de soi-même. Ceci peut contribuer à une meilleure acceptation de soi, et à mieux gérer sa vie d'émétophobe.

La sophrologie peut également nous aider à gérer nos crises d'angoisse. Quitte à angoisser, mieux vaut tout de même pouvoir nous maîtriser sur le moment et éviter ainsi de paniquer davantage. Souvent, on l'utilise en complément de la Thérapie Cognitivo-Comportementale et les résultats sont plutôt positifs.

Il existe d'autres méthodes de relaxation bien sûr, mais je ne les ai pas encore testées. ( par exemple, la musicothérapie ...)

- Ne pas refuser d'emblée les méthodes alternatives ou les médecines douces :

Figurez vous que les médicaments qu'on nous donne ne sont pas efficaces sur la cause du problème. Et oui ! Les anxyolitiques, antidépresseurs, antipsychotiques ne sont que des moyens de paralyser notre peur ... Ils contribuent à inhiber les angoisses en cours de thérapie afin d'avancer. Pour les personnes refusant ces médicaments, il existe des méthodes douces :

- L'ostéopathie
- L'acupuncture
- L'homéopathie
- La naturopathie
- La phytothérapie
- Le magnétisme ou sophromagnétisme etc etc ...


Les plantes ont parfois des résultats que les médicaments n'ont pas. Bien entendu, il faut savoir se munir de patience, les effets sont plus longs à venir mais au moins, ça ne peut pas nuire à notre santé !

- Se méfier des méthodes illusoires :

Il n'y a pas à dire, les gens qui souffrent sont des cibles idéales pour les " Super Gourous" qui affirment pouvoir nous guérir. J'ai vu notamment un site web, que je ne citerai pas bien entendu, vantant les mérites d'une " technique nouvelle " pour guérir les phobies. Autant vous dire de suite qu'il s'agit là d'une superbe arnaque.

BUT : Nous faire croire en leur méthode dès le début en nous sortant tout un tas de mots techniques ( via mail ou téléphone), puis, organiser une rencontre. Il faut savoir que pour cette deuxième étape, une somme d'argent monstrueuse doit être déboursée de notre poche !!

Ne tombez surtout pas dans le panneau ! Nous sommes émétophobes et désespérés, certes, mais nous ne sommes pas non plus crédules et prêts à gober n'importe quelle ânerie.

_________________
Vahina
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 19:21

Angoisses & Rituels

Les angoisses :

Chaque personne souffrant d'émétophobie angoisse pour " ses raisons" ; il existe énormément de variantes entre chaque individu. Cependant, tout émétophobe développe une crise d'angoisse lorsqu'il semble persuadé que la situation angoissante est susceptible de le faire vomir.

- peur de vomir
- peur de voir / entendre quelqu'un vomir ( inclus à la télévision)
- peur de manger " trop"
- peur des transports / des voyages
- peur des manèges en fête foraine
- peur d'attraper un virus ( gastro-entérite ..)
- peur de la grossesse
- peur des enfants ( véhiculeurs de microbes )
- peur des restaurants / repas dehors
- peur de certains aliments
- peur de certaines douleurs ( notamment tout ce qui touche l'abdomen )
- peur d'approcher des personnes malades
- peur de certaines odeurs ( notamment de cuisine )
- peur d'être mal au cinéma
- peur d'être avec quelqu'un qui lit en voiture ( cela peut provoquer des nausées )


La liste est loin d'être exhaustive, chaque émétophobe développe ses propres angoisses. Mais la résultante est la suivante :

- peur des lieux publics (centres commerciaux, lieu de travail ...)
- peur des autres (même de nos familles, ami(e)s, collègues ...)

Il est évident que nous nous coupons du monde, de la société, de ce qu'elle peut nous apporter.


Les rituels :

Les émétophobes angoissent fréquemment. Lorsqu'une angoisse est déclenchée, les symptômes sont lourds à porter. Ils peuvent durer quelques minutes, quelques heures, parfois même quelques jours. Pour nous rassurer, nous nous raccrochons à des objets déstressants ( ce sont des objets contraphobiques ). Il s'agit pour la plupart du temps de médicaments contre les nausées ou d'anti-vomitifs ( Primpéran, Vogalène, Motilium ...). Pour d'autres, il s'agira d'anxyolitiques, mais il peut s'agir d'autre chose ( des bonbons à la menthe, du coca, des gélules à base de gingembre réputées pour être anti-nauséeuses ... ).

Nous ne sortons jamais sans ces " objets" ; en cas de crise d'angoisse à l'extérieur de chez nous, il nous faut pouvoir la gérer. Et comme nous ne pouvons pas gérer ce genre de crise de manière rationnelle, il nous faut impérativement et systématiquement "nos objets".

Lorsque la crise se déroule à l'extérieur, elle se révèle être bien pire que lorsque la personne est chez elle. L'environnement familier apaise plus vite le stress. Dehors, la crise est très violente et le regard des autres nous rend anxieux. Nous nous demandons si quelqu'un nous voit paniquer, si on nous voit avaler nos cachets ou autres objets.

La plupart des émétophobes ont une volonté féroce de contrôle de la nourriture. Ne pas manger trop gras, trop riche, trop lourd ... ne pas manger trop, tout simplement. Ne pas manger de produits dits "périmés", ne pas manger chez les autres, ne pas manger au restaurant. Voilà nos règles d'or.

Certains contrôlent même la nourriture qu'avale leur famille, pour ne pas avoir à subir leurs nausées / vomissements en cas de problème. Bien-sûr, les rituels varient d'un émétophobe à l'autre. Le but de ces rituels est de nous rassurer.

_________________
Vahina
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 19:23

Le contrôle

Voilà LE grand problème. Le contrôle. Les émétophobes pensent pouvoir contrôler tout ce qui doit rentrer et sortir de leur corps. Nous n'acceptons pas qu'il en soit autrement.

Nous nous persuadons qu'en usant de stratagèmes divers, nous ne vomirons jamais. Nous refusons de vomir. Plutôt mourir.

Se priver de nourriture et éviter le monde grouillant de virus, voilà qui nous permet de " vivre" sans paniquer sans arrêt. Pourtant .... peut-on vivre reclus et sans manger ? Non ... et les angoisses apparaissent dès que quelqu'un nous parle de gastro, d'intoxication alimentaire, ou dès que nous avalons trop de nourriture.

En période de gastro-entérite, nous sommes tétanisés. Sortir de chez nous est une épreuve terrible. Nous nous demandons perpétuellement si nous allons l'attraper. Les fêtes de noël, le nouvel an ... nous n'en profitons pas vraiment. Nous évitons les gens comme s'ils avaient la peste. Nous mangeons peu.

Lorsque nous sommes malgré nous en contact, même lointain, avec une personne malade, nous avons si peur que les crises d'angoisse prennent une ampleur terrible. Nous développons psychologiquement tous les symptômes du malade et nous nous persuadons que nous avons attrapé son virus.

Certains émétophobes deviennent hypocondriaques ; lorsque ils ont une petite douleur quelque part, ils extrapôlent sur une maladie grave et angoissent deux fois plus. Nous nous fixons sur notre corps et toutes les sensations insolites, nous en grossissons la signification et l'angoisse nous conduit à répéter les demandes d'avis et de soins.

Certains deviennent anorexiques ... la peur de vomir devient telle qu'ils refusent d'avaler quoi que ce soit. Une perte de poids survient donc avec tous les problèmes sous-jascents ( aménorrhée chez les femmes, perte de cheveux, chute de tension, constipation ...). Dans la rue, on se retourne sur nous. On nous traite de maigres ... sachez juste que le but n'est pas forcément de maigrir ( sauf dans le cas de l'anorexie mentale). Notre but est de ne pas vomir, c'est bien différent. Le poids, quand on souffre de façon quotidienne, n'est pas important. Nous voudrions prendre du poids et être en pleine forme. Mais rien ne peut passer dans l'estomac. Nous avons un trouble des conduites alimentaires sur le plan quantitatif et sur le plan qualitatif. Au cours d'une année, le poids peut varier ; quand nous sommes moins angoissés, nous arrivons à manger presque convenablement ; quand ça va moins bien, le poids redescend.

Tout est question de contrôle. Lorsque nous n'avons pas d'alternative, nous paniquons.

_________________
Vahina
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Vahina le Sam 26 Jan 2008 - 19:25

Le regard d'autrui

Il est très difficile à gérer. Les rares fois où les émétophobes osent se lancer et expliquer leur trouble, soit "on" leur dit qu'ils inventent leurs maux, soit "on" les regarde de travers.

"On" nous catalogue donc soit en mythomanes, soit en fous. Comment dire à l'Autre ce que nous ressentons ? Comment lui expliquer ce dont nous souffrons ? L'habitude nous a montré que l'Autre en riait. Pour ne pas avoir à subir les moqueries, nous préférons nous taire et c'est une erreur.

Les phrases clef que l'Autre nous balance à la figure :

- "Vomir ? Bien-sûr , c'est désagréable pour tout le monde, mais ce n'est rien !"

Oui merci bien, nous sommes au courant que "vomir n'est rien". A la base, nous savons parfaitement qu'il s'agit du fonctionnement de l'organisme et que le vomissement est une chose naturelle. Nous le savons ! Mais nous ne l'acceptons pas, c'est une nuance à souligner. Vomir est pire que tout, pire que la mort. C'est comme ça, même si cela peut paraître stupide et complètement irréel.

- "Vomir ? C'est pas la mort !"

Non, "vomir, c'est pas la mort", c'est bien pire ...

- "Quand on veut s'en sortir, on peut ! Tout est question de volonté"

Voilà une des phrases les plus inutiles que les Autres peuvent nous sortir lorsqu'on parle de Phobie. Avec une phobie, désolée de vous l'apprendre, "quand on veut, on ne peut pas forcément !" ; il nous faut une aide extérieure pour minimiser nos angoisses, nous rassurer et nous préparer à les affronter petit à petit, le but étant de réussir à les gérer en solo.

- "Mais tu n'as mal nulle part, arrête de faire semblant"

Non bien sûr, l'émétophobie n'est pas une douleur en elle-même. C'est une souffrance permanente qui entraîne des angoisses, donc des symptômes, donc parfois des douleurs. Cela ne nous plaît pas de souffrir. Nous ne faisons pas semblant. Faire semblant d'être malade, nous n'avons pas que ça à faire, nous avons déjà beaucoup trop de choses à tenter de maîtriser comme ça.

- " Il faut manger plus, tu es trop maigre"

Ah ... comme ce serait plaisant de pouvoir manger de tout sans se poser de questions, sans être tiraillé entre la faim et la peur de vomir. Comme ce serait agréable de ne pas avoir cette petite voix dans la tête qui chante ses lois en permanence.

Cependant, je ne me permets pas de jeter la pierre aux Autres ... Ils ne vivent pas ce que nous vivons au quotidien, ils ne connaissent pas ces angoisses permanentes dont nous sommes victimes, ils n'ont aucune idée des effets néfastes qu'elles ont sur nous. Cette phobie créé des lois ... des espèces de théorèmes et nous sommes dans l'obligation d'y obéir sous peine de replonger dans une crise encore plus forte.

Exemples de lois : Ne pas manger trop riche, ne pas manger le soir, ne pas sortir pendant la période de gastro-entérite, ne pas dîner dehors , vérifier systématiquement les dates limites de consommation des aliments, ne pas se coucher sans avoir avalé son "médicament-objet" ( à effet rassurant ) ...

Il y en a des centaines ... et tous ces petits riens nous interdisent toute vie sociale.

_________________
Vahina
Vahina
Vahina
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 232
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

L'émétophobie Pure Empty Re: L'émétophobie Pure

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum