Experience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Experience

Message  Audinette le Lun 5 Jan 2015 - 21:35

Écrire sur un forum est une première pour moi. Cela fait qq semaines que je vous lis tous, et je pense que le moment est venu de partager mon expérience, un premier pas vers l'engagement que je me fais a moi même de m'en sortir.
J'ai 37 ans, et je suis maman de 2 enfants de 7 et 5 ans.
Mon emetophobie remonte à la petite enfance, mais sans mémoire d'un événement particulier. C'était au départ une simple peur, qui a pris de l'ampleur avec les années, jusqu'à en devenir une phobie pathologique aujourd'hui.
Pourquoi avoir attendu tant d'années avant de poster sur un forum ? Peut être parce que je ne voulais pas me résoudre a accepter cette phobie comme une maladie. Mais je viens déjà vivre une semaine "électrochoc", avec 6 gastros autour de moi, dont la mienne. Et j'ai pris conscience de l'ampleur de mes crises d'angoisse, en ayant passé un cap physique : je ne contrôle plus l'angoisse durant des jours, même quand le danger est passé ou écarté.
Mon angoisse se manifeste par une colique immédiate des que quelqu'un me dit qu'il a mal au ventre, des vertiges qui m'obligent a m'allonger sinon je pars en syncope, puis des tremblements, et surtout une psychose persistante qui ne me lache pas des jours durant.
La gastro est mon pire cauchemar, à cause de son extrême contagion, et de son temps d'incubation, qui me fait psychoter des jours durant, sur le fait que mon mari ou l'un de mes enfants la couve. Je les observe donc en permanence, et leur demande 10 fois par jour comment ils se sentent. Je leur passe du sanytol sur les mains sans cesse, et j'ai de nombreux comportements d'évitement qui s'accentuent avec le temps.
Lorsque JE vomis, c'est l'enfer, car je fais fréquemment des chutes de tension qui me font tomber dans les pommes, et le pire ( âmes sensibles ne lisez pas) : je vomis par la bouche ET par le nez, donc je m'étouffe.

ma semaine cauchemardesque a commencé samedi dernier, le 27 décembre. Un Noël qui s'annonçait heureux en famille, chez mes parents, avec ma sœur, son mari et leur fils. Le samedi en fin d'après midi, mon beau-frère est parti se coucher, se plaignant de maux de ventre. Je me suis immédiatement mise en état de veille. Mais tout le monde m'assurait, y compris lui, que c'était juste de la fatigue et un petit trop plein suite aux excès des fêtes. Tout le monde connaît ma phobie, et me préserve donc un maximum. Ce que je ne savais pas, c'est que leur fils avait eu la gastros 3 jours plus tôt... J'ai donc fait confiance a mes proches qui m'assuraient que tout allait bien. Cependant, je n'étais ps rassurée car lorsque nous sommes tous réunis chez mes parents, je dois dormir avec mon mari sur une mezzanine, sans porte... J'ai donc demandé des boules Quies a ma mère, sans doute une intuition refoulée... Et ce que je craignais le plus arriva : j'ai entendu courir, puis tousser, puis vomir terriblement. J'ai donc d'abord cru que c'était mon beau frère... ! Mais j'ai reconnu le son de la voix de ma sœur, malgré les boules Quies.... J'ai donc rapidement compris que le problème etait plus grave qu'on n'avait bien voulu me le laisser croire. Impossible pour moi de me lever, en pleine panique dans mon lit, à supplier mon mari d'aller voir, mais en ne touchant à rien et en se javelisant les mains ! Impossible de me rendormir après cela, tremblements incontrôlables, difficultés a respirer... Le temps que j'entende à nouveau courir, puis tousser, puis vomir... Mais cette fois c'était mon beau frère !!!!! J'ai ressenti à la fois une immense colère, mais aussi l'envie de disparaître. 1h plus tard, on prend les mêmes et on recommence... Sauf que j'ai entendu un bruit sourd : j'ai immédiatement compris que ma sœur etait tombée dans les pommes. Ne pouvant plus supporter les symptômes de la crise d'angoisse seule dans mon lit, j'ai décidé d'aller voir, trop inquiète pour ma sœur. Je vous passerai les détails tres gores, sans doute trop difficiles à lire pour certains d'entre vous, mais le spectacle fut difficile à supporter pour moi. Cependant, et c'est important, pendant que j'étais dans l'action à aider de loin (devinez : je javellisais !!!), je n'étais pas en crise d'angoisse. J'ai aussi appelé le samu pour avoir des conseils sur l'état de ma sœur. Donc en action, j'avais l'esprit occupé à autre chose qu'à mon angoisse, c'est bon à savoir ! La nuit s'est achevée avec une deuxième syncope de ma sœur, bref, un cauchemar éveillée ! Mais je ne savais pas que je n'étais qu'au début de la chaîne sans fin... Lorsque j'ai réussi a enfin m'endormir, au lever du jour, j'ai à nouveau été reveillee par des bruits atroces... Mais cette fois j'ai entendu qu'on appelait mon mari... Le temps que je descende pur comprendre, et j'ai découvert que c'était mon fils de 5 ans qui etait malade ! Immédiatement je me suis allongée, prise des symptômes de vertiges. Nous avons vécu la journée du dimanche en stress total, car mon petit bonhomme a vomi 7 fois, le ventre vide. Je ne pensais qu'à me téléporter a un autre jour. Mais une fois de plus, mon angoisse est passée quand j'ai pris la décision d'appeler le 15, puis d'emmener mon bonhomme chez le médecin de garde. J'étais entendue, et on allait pouvoir le soulager. Fait du hasard ou pas, ses vomissements ont cessé des qu'il a pris l'air pour montrer dans la voiture... La journée du dimanche s'est achevée ainsi. C'était sans compter sur mon esprit qui s'est mis a analyser rétrospectivement tous les moments vécus avant l'ouverture de la guerre... Et je me suis souvenue que ma sœur, barbouillée le samedi soir, n'avait pas fini sa clémentine et me l'avait tres généreusement offerte dans un acte manqué !!!!!!!!! J'ai donc vu mon sort scellé : ce n'était qu'une question d'heure ou de jour, mais moi aussi j'allais y passer. Les jours qui ont suivi, j'ai eu sans cesse la colique, de stress, et j'analysais non stop Mes ressentis. Incapable d'avaler quoi que ce soit, je me suis ruiné la sante a ne rien manger 3 jours durant. Et mercred, alors que je me pensais sortie d'affaire (calcul du temps d'incubation), j'ai eu la diarrhée, et les nausees sont arrivées. Psychose, interdiction de vomir... J'ai passé mon 31 décembre seule, à flipper (pendant que mari et enfants faisaient la fête chez des amis). J'ai gagné sur le microbe car je n'ai pas vomi, mais le temps d'évacuation a été bcp plus long. Jeudi 1er janvier, j'ai tenté de reprendre mes esprits, de me reposer' et surtout de savourer mon mieux être, mais je n'ai jamais perdu de vue que mon mari et mon fils aîné pouvaient la déclarer a leur tour. Vendredi je me suis écroulée de fatigue nerveuse et physique. Mais je n'étais pas au bout de mes peines. Nous devions recevoir des amis en fin d'après midi. Le premier couple est arrivé, tout allait bien. Puis le second couple qui devait arriver nous appelle. Je vois mon mari se decomposer, puis me regarder en raccrochant. "Quoi ???".... Blanc... J'ai compris... Ils venaient d'appeler pour nous dire que leur fille venait de vomir dans la voiture. Tout le monde essaie de détendre l'atmosphère en me disant que c'est peut être juste le mal des transports... Sauf que moi, à bout de nerfs depuis 5 jours, je suis partie d'en crise de pleurs. (La gastro, c'est l'épidémie ici en ce moment, elle est terrible et n'épargne personne, c'est notre ébola a nous !) lls voulaient prendre le risque d'apporter la gastro dans MA maison !!!!!!! Ma maison, le seul endroit au monde ou j'essaie de me ressourcer, loin du pire (je désinfecte et javelise bcp), on touchait à mon talon d'Achille. J'ai pèté un plomb, crise d'angoisse encore plus forte. L'une de nos amies, me voyant dans cet état, a pris les choses en main, et a annoncé qu'elle allait recevoir nos amis chez eux. Branle bas de combat, tout le monde a décampé en 5 minutes. Sur l'instant je me suis sentie soulagée, mais une immense culpabilité m'a envahie : leur fille etait mal dans la voiture, et je ne pouvais pas lui offrir mon toit et un lit chaud. La honte absolue. Ce fut un électrochoc terrible. C'est la première fois de ma vie que j'ai osé appeler ma mère en pleurs, pour lui avouer l'ampleur du désastre de cette phobie. J'avais besoin de parler, je me suis sentie malade comme jamais. J'ai pris un xanax, je me suis couchée tant bien que mal, mais je me suis reveillee en crise de tremblements vers 1h du matin, la panique.
Le lendemain, mon mari m'a dit que nous avions atteind un stade trop grave pour laisser çette phobie nous dévorer ainsi : j'ai fermé la porte à des amis dont la fille etait malade !!!
Samedi soir, dernier épisode : invités chez des amis a nouveau, ils nous appellent 1/2 h avant l'heure pour nous prévenir que leur fils vient de vomir. J'ai pris mon courage a deux mains en me disant "fuir devant l'ennemi, c'est lache". Après ce que je j'avais vécu, je n'étais plus a ça pres. Sauf que depuis, làngoisse n me lache plus, et se décuple a la nuit qui tombe.
J'ai rdv chez mon médecin demain matin, et je crois que pour la première fois de ma vie, je vais oser demander de l'aide.
Ce message n'a nullement vocation à me faire plaindre, ni à vous exposer gratuitement mon expérience, mais à fixer le début d'un parcours vers une guérison esperée.

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  petitepatatefroide le Lun 5 Jan 2015 - 21:53

Coucou !

Et bah dis donc ... Tes derniers jours auraient pas pu être pire dis moi ? Razz

Non sans rire franchement la je te dis qu'une chose : Chapeau bas !
Car avec tout ce que tu as vécu, beaucoup d'entre nous aurait bien plus craqué que ca ! Et même si tu te penses complètement controlé par ta phobie, tu arrives à la surpasser lorsqu'il s'agit d'aider ton prochain, et ca, tout le monde n'en ai pas capable crois moi !

J'aurais vraiment pas aimé être a ta place car la t'as vraiment enchainé ... (je touche du bois que ca vienne pas chez moi ^^)

En effet, si ca peut te faire du bien, essayes de te faire aider, ca te fera pas de mal :p

En tout cas, je suis de tout coeur avec toi, et j'admire vraiment ton courage

petitepatatefroide
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 24/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

tu es courageuse

Message  nelfedu971 le Lun 5 Jan 2015 - 22:03

oh mon dieu,j'ai lu ton message jusqu'au bout,il m'a été très dur pour moi juste de le lire alors je n'imagine même pas pour toi,je regrette même un peu de l'avoir lu avant de me coucher mais bon,c'est fait...Tu es très courageuse ,vraiment, moi je serais littéralement morte à ta place.Ce que tu entreprend de faire est lui aussi très courageux,oser en parler à un spécialiste,chapeau, moi j'en suis encore très loin.
J'ai vu aussi que tu avais deux enfants ,ça aussi c'est très courageux,car pour ma part j'ai peur d'en avoir dans un futur très lointain à cause des nausées de grossesse et au cas où l'un d'eux tombe malade.Je suis admirative devant tant de courage.Bien sure,on fait tous des crises d'angoisses mais c'est inévitable Tu as bien géré,et ne t'inquiète pas,si la fille d'une amie était malade j'aurai tout fait pour ne pas qu'elle vienne c'est un réflexe.
Courage dans ton cheminement,en espérant que tu me donneras des nouvelles.
Doris
avatar
nelfedu971
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 210
Age : 22
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Audinette le Mar 6 Jan 2015 - 13:23

Bonjour les filles,
je suis très surprise d'avoir reçu des réponses, et surtout des encouragements ! Je vous avoue que je ne m'attendais à rien. Je crois surtout avoir ressenti ce besoin d'écrire pour évacuer mon trop plein, c'était donc mon début de thérapie. Cependant, un grand MERCI pour vos retours, je ne pensais pas que cela m'encouragerait autant.
J'apporte qq détails à vos interrogations, notamment sur le fait d'être maman. C'est effectivement une question que je me suis posée avant de tomber enceinte : vais-je avoir des nausées, des vomissements, vais-je pouvoir les gérer ? Mais il faut se rendre à l'évidence : passer à côté du projet d'être maman juste à cause d'une peur irraisonnée, c'est dingue, c'est du grand gâchis ! J'ai donc très vite évacué cette peur pour me concentrer pleinement sur mon désir de tomber enceinte. La vie est là, dans les projets !
Malheureusement pour moi, ce que je redoutais arriva : j'ai été hyper malade une nuit, en fin de 1er mois de grossesse. Sans doute l'un des pires souvenirs de ma vie : syncope, étouffements. Bref, je m'en souviens comme si c'était hier. J'ai d'abord pensé que c'était une intoxication alimentaire, puisque nous avions mangé au resto la veille. Mais après cet épisode, les nausées ne m'ont plus lâchée jusqu'à mon 5e mois de grossesse (oui, j'ai été très gâtée !). Vous imaginez le cauchemar ? La nausée TOUS les matins, pendant 3-4 h, rien ne passait, et parfois je vomissais. J'ai alors écouté mes envies : je mangeais des sandwichs jambon-beurre au pain de mie, il n'y a que ça qui passait :-) J'ai finalement réussi à "apprivoiser" les vomissements, car je vous rassure, ils ne sont pas aussi terribles que lors d'une grosse gastro. C'est juste une évacuation pure et simple. Les nausées sont plus pénibles, mais il y a plein de petites astuces à échanger pour les apaiser. MAIS ce qu'il ne faut pas oublier dans tout ça, c'est qu'au fond de vous, vous savez que c'est pour une belle cause : vous portez la vie !!!! Cette expérience ne m'a pas empêchée de souhaiter un deuxième enfant. J'ai revécu le même schéma, pas cool. Mais aujourd'hui, c'est (presque) oublié :-) Ce n'est pas une fatalité.
En revanche, là où je me dois d'apporter mon expérience, même si elle a une connotation négative (mais réaliste), c'est sur le fait d'avoir 2 enfants désormais. Le spectre de la gastro me hante terriblement plus depuis qu'ils sont là, et pire depuis qu'ils vont à l'école, et c'est sans doute pour cela qu'aujourd'hui je suis si mal. Je passe l'été à tenter de "savourer" mais à compter à rebours le temps qui me sépare de la rentrée scolaire... Puis aux premiers changements de température je m'inquiète, et ma psychose : quand il pleut : dans ma tête, c'est quand il fait doux et pluvieux que la gastro se développe le plus. Ensuite arrive le changement d'heure en octobre, qui me mine encore plus (mes angoisses se décuplent la nuit). Et enfin, quand j'entends les premiers ragots sur la gastro qui arrive, je suis en mode panique pour 6 mois au moins, jusqu'au printemps. C'est infernal.
Donc je ne vous cache pas qu'avoir des enfants est compliqué pour une émétophobe. Car eux sont à des années lumière des précautions que nous prenons pour nous, adultes conditionnées. Ils adorent donc se rouler parterre, coller leurs mains partout et bien sûr se lécher les mains dans la foulée, ils n'hésitent pas à manger le premier bonbon qu'ils trouvent parterre... Et s'accrochent à tout dans les transports en commun. Bref, cauchemardesque ! Je suis très malheureuse car j'ai longtemps tenté de leur cacher mon angoisse. Mais ils m'ont vue ruinée la semaine dernière, effondrée au sol entrain de pleurer, et surtout, je leur ai pourri les vacances avec mon gel Sanytol 50 fois par jour, la javel non-stop, et ma mine décomposée.
Bon, voilà, tout ça, c'est toujours pour la suite du roman.

J'ai été chez mon médecin généraliste tout-à-l'heure. Elle me connaît bien, mais comme la majorité des professionnels de santé, je la sens un peu démunie face à mon état. Elle m'a donc dit de prendre du Xanax en cas de crise (mais ça je l'ai déjà), et elle m'a prescrit du Mildac pour apaiser le terrain. Phytothérapie... A voir, je suis septique, mais j'apprécie de voir que tous les médecins ne nous shootent pas aux anti-dépresseurs à la première larme versée dans leur cabinet. Et elle m'a adressée (tout de même), à un cabinet de psychiatres... Passer de psychologue à psychiatre, ça ne fait pas rêver. Mais il faut arrêter de se voiler la face et avancer.
Hors de question de me complaire dans cet état, il faut en sortir !

Vous savez ce qui m'aide bcp à prendre du recul parfois ? C'est imaginer que je suis face à un danger pire que des vomissements. Je me suis promis que la prochaine fois que quelqu'un vomit à côté de moi et que je pars en crise d'angoisse, je vais imaginer devoir choisir entre me couper un doigt ou supporter ce qui se passe juste à côté. Je pense que cela m'aidera à relativiser...

On se tient au courant ?
Merci pour tout en tout cas.

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  nelfedu971 le Mar 6 Jan 2015 - 21:07

Merci beaucoup pour ta réponse sur les enfants,c'est vrai après tout,cette phobie nous gâche assez la vie!
Je vais essayer de voir un thérapeute dans un centre médico psychologique je pense,car j'ai vraiment besoin d'aide aussi...
avatar
nelfedu971
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 210
Age : 22
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Audinette le Mer 7 Jan 2015 - 8:38

N'hésite surtout pas. Rester ainsi, c'est se regarder mourir à petit feu.
Il y a des pathologies bien plus graves que la nôtre. Il faut donc mettre la "honte" de côté pour oser demander de l'aide, de l'accompagnement.
Ce qui m'a aidée, perso, c'est de reconnaître ma phobie, d'en parler avec lucidité, recul, et volonté d'avancer. J'ai conscience de l'aspect parfois irraisonné de mes crises d'angoisse, car j'ai bien conscience que "vomir" est un acte naturel, voire même un acte de défense du corps. Mais c'est mon mental qui a mis en place des stratégies de défense vis-à-vis d'émotions trop fortes, et qui pense bien faire en me protégeant par des syncopes, et des rituels d'évitement. Il a tort, tout le travail consiste à déprogrammer ces croyances, et à désamorcer les réactions automatiques.

Dès lors qu'on n'est pas dans la plainte et l'attente de pitié, les gens adoptent une attitude assez compréhensive, très encourageante pour nous reconstruire.
Prends ton courage à 2 mains, car si tu as la sincère volonté de t'en sortir, tu oseras appeler un professionnel pour t'accompagner.
Ne reste pas ainsi, la vie est trop belle pour être gâchée par nos peurs.

Bon courage, je suis là si besoin

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  notidea0603 le Mer 7 Jan 2015 - 8:42

je te dis bravo, tu as super bien géré. je crois que je n'en aurais pas été capable.
et je dis que c'est normal si tu as craqué à cause de cette petite fille. tu as énormément pris sur toi, tu étais hyper crevée. un malade de plus, c'était celui en trop. comme je te comprends, ne pas pouvoir gérer alors qu'au fond de toi, tu veux pouvoir le faire.
cet automne, ma fille a eu une gastro....... j'ai géré du mieux que j'ai pu, je n'ai pas beaucoup dormi, j'ai perdu beaucoup de poids à force de ne pas pouvoir manger et à cause du stress. et une semaine après, c'est mon fils qui l'a eu et là, je n'ai rien géré du tout. j'ai fait une crise de panique devant un petit bout qui pleurait de peur en voyant sa mère hurler de peur.
il a fallu que je m'éloigne 2 jours pour reprendre mes esprits et je ne veux plus jamais vivre ça. je dois être là pour mes enfants. mais c'est très difficile. je ne sais pas comment tu gères quand ils sont malades, mais moi, c'est la panique totale. et je n'ai aucun soutient de mon homme.

notidea0603
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 199
Age : 41
Localisation : maisons alfort
Date d'inscription : 04/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Audinette le Mer 7 Jan 2015 - 9:17

Ton message me déchire, parce que je me retrouve bcp en toi, mais je ne veux penser qu'aux moments constructifs, pas aux pires, sinon je vais sombrer.
Notre statut de parents est très compliqué à gérer, car en plus de la difficulté de porter cette phobie en nous, nous voulons protéger nos enfants au maximum de cette angoisse qui ne leur appartient pas, et qu'ils n'ont pas à subir. Le pire, c'est que lorsqu'ils sont malades, ils ont besoin de nous, d'être rassurés. Et pour nous, c'est insurmontable. C'est déchirant comme sentiment.

Le manque de soutien de ton conjoint est très cruel, car nous avons besoin d'être soutenus, encouragés. Nous soutenir ne veut pas dire nous complaire dans notre état.
Expliquer nous-même l'ampleur de notre phobie à notre conjoint est parfois stérile, parce que cela vient de nous.
Je t'avoue que me concernant, c'est mon entourage qui a entamé des discussions avec mon conjoint (ma mère, ma soeur, certains de nos amis, mais aussi sa propre soeur !), pour lui ouvrir les yeux sur la "gravité" de mon état. Ils lui ont parlé sérieusement pour qu'il prenne conscience que ce n'était pas qu'un caprice. Depuis, il est un peu plus compréhensif (même il se plaint plus de ce qu'il subit LUI, plutôt que de tenter de se mettre à ma place, mais bon...)
Donc je t'encourage à demander de l'aide auprès de tes proches, si c'est possible pour toi, car leur discours est différent du nôtre, et porte parfois des fruits...
Je suis de tout coeur avec toi, et reste disponible pour échanger si tu en ressens le besoin.
N'oublions pas de regarder devant, et pas derrière ;-)

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  notidea0603 le Mer 7 Jan 2015 - 10:56

pas facile pour l'entourage..... surtout quand on est en crise, nous rassurer, nous soutenir, c'est compliqué.... il faut beaucoup d'empathie, de psychologie, savoir ecouter........ tout le monde ne sait pas faire ça (mon conjoint entre autre)
mon homme, en fait, se rend compte que c'est assez sévère de souffrir de cette phobie, mais quand je suis en crise, il ne gère plus..... et ne supporte pas mon état. d'un côté, c'est très dur pour moi, mais d'un autre côté, ça me permet de ne pas trop me laisser aller.

j'ai déjà été suivie assez longtemps pour différents soucis y compris la phobie.
au quotidien, je vis assez normalement..... je surveille quand même pas mal de choses, mais je sors, je vois du monde, je vais au resto, au cinéma. je me sens "bien" donc j'ai arrêté d'être suivie. mais avec la crise que j'ai faite en octobre, je me suis promis de ne plus me mettre dans cet état et je suis allée au cmp de ma ville. j'attends mon prochain rdv avec hâte.
oui, il faut accepter d'être aidée...... c'est le premier pas pour aller mieux.

merci pour ta proposition. je te propose la même chose. nos expériences sont constructives mine de rien. Smile

notidea0603
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 199
Age : 41
Localisation : maisons alfort
Date d'inscription : 04/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Audinette le Mer 7 Jan 2015 - 11:21

Tu as tout-à-fait raison, l'entourage a une place complexe à tenir. Il me semble important qu'il n'y ait surtout pas de pitié ou de compassion, mais du soutien dans nos démarches.
Et il est aussi important que nos conjoints ne rentrent pas trop dans nos rituels d'évitement, au risque de les amplifier. Car accepter de les mettre en place, c'est leur donner de l'importance.
En cela, ils ont raison !

Cependant, un minimum d'écoute et d'attention nous sont nécessaires. Nos conjoints sont trop en proximité immédiate avec nous, pour faire preuve de la patience suffisante pour nous soutenir. Ils vivent les choses quotidiennement, c'est une fatigue nerveuse qui égratigne à petit feu la relation de couple.
Il faut juste qu'ils comprennent que tant que nous sommes en démarche pour nous en sortir, nous ne pouvons être blâmées !

Mon conjoint est tout sauf stressé, zen sur tous les sujets de la vie. Il est donc à des années lumière de comprendre quels mécanismes peuvent bien me mettre dans cet état. Je ne lui demande de pas de faire les démarches à ma place, mais au moins de m'accompagner avec patience et respect, et de reconnaître mes efforts, sur le chemin entrepris pour m'en sortir. Et c'est compliqué pour lui, ça l'agace.
Hier soir encore, quand je lui ai dit que j'avais été chez mon médecin, la seule chose qu'il a trouvé à me dire c'est : "Donc c'est bon, tu es guérie ?"... Rien ne sert de se battre face à tant de détachement et d'incompréhension. Moi, tant qu'il me répond qu'il va bien et qu'il se lave les mains, cela m'offre le cadre rassurant dont j'ai besoin sur l'instant et cela me permet d'avancer dans mes démarches toute seule en parallèle.
Comme je lui répète souvent "plutôt que de te plaindre parce que je te demande 3 fois par jour si tu t'es bien lavé les mains et si tu te sens bien, mets-toi 1 journée à ma place, et on verra quelle position est la plus confortable des 2"... Moi je vendrais tout l'or du monde pour être le conjoint plutôt que la phobique ! Cependant, ce n'est pas une fausse excuse pour rester dans ma situation.
Tout comme toi, je n'en suis pas encore rendue à une phobie sociale. Je sors, je voyage, je vais au resto. Mais j'ai TOUJOURS du gel hydro-alcoolique sur moi, 100% du temps, été comme hiver. C'est ma condition pour être sereine. Sinon c'est stress.

Tiens-moi au courant de l'avancement de tes séances, j'en ferai autant.

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  petitepatatefroide le Mer 7 Jan 2015 - 13:22

C'est pas facile d'avoir des bouts d'choux chez soi l'hiver ^^

Pas d'enfants pour moi mais de jeunes frères (6 et 10ans) donc le soucis des gastro ... Je l'ai !
Ils ont pas trop l'air sensible a la gastro, quoi que le grand un peu plus, mais espérons que ca dure !

Pour ma part, personne est au courant de ma phobie ... Enfin j'en ai parlé à ma belle mère, elle comprend qu'a moitié, elle me croit mais je pense qu'elle comprend pas
Ce qui est logique car au final, mettez vous a la place d'une personne qui a la phobie des pigeons ou des chats, Vous trouveriez pas ca bizarre ? Vous auriez pas du mal a comprendre ? Je pense que si ! :p

Je n'ai qu'une amie qui connait ma phobie car on en a parler il y a 2ans car elle, elle se faisait vomir Laughing
Ca parait bizarre hein mais ca me faisait du bien de lui en parler car elle me jugeait pas !

A part elle, je n'ose en parler a personne car je sais qu'on va se foutre de moi, me dire que c'est un acte naturel (OUI JE SAIS MERCI, mais vous croyez vraiment que je fais exprès !?!?), et tout le blabla qu'on connait tous ...

Mon docteur est maintenant au courant, je lui ai dit que je voulais eviter les médicaments car beaucoup de mes nausées étaient psy (j'ai quand même tout du vogalène avec moi au cas ou :p), et elle m'a dit d'aller voir un homéopathe ainsi qu'un psy, mais le psy me fait rien !
Alors demain je vais aller la voir pour qu'elle me conseille un sophrologue pour me détendre ou un hypnotiseur car je crois que c'est ma dernière chance, car je sais d'ou vient mon émétophobie, mais ca change rien !

Désolé pour le roman Very Happy

petitepatatefroide
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 24/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  nelfedu971 le Mer 7 Jan 2015 - 20:11

J’apprécie énormément ton soutien Audinette;ça me fait un bien fou,tu peux pas savoir,je veux tellement sortir de cet enfer et avoir une vie normale....
avatar
nelfedu971
Eméto d'Argent
Eméto d'Argent

Féminin
Nombre de messages : 210
Age : 22
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Audinette le Jeu 8 Jan 2015 - 16:41

Ne te décourage pas Nelfedu971, ce soutien mutuel nous est tous précieux. Il pallie l'incompréhension que nous rencontrons tous au quotidien dans notre entourage. N'hésite pas à partager tes doutes, tes réussites, tes envies, avec nous tous.

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Audinette le Jeu 8 Jan 2015 - 16:48

Et à toi petitepatatefroide : il n'y a pas de honte à en parler. Le tout est de bien expliquer les choses, à la bonne personne. Il me semble que lorsqu'on aborde le sujet avec sérieux, et en montrant que nous avons conscience de l'aspect irrationnel de notre phobie, l'écoute se fait plus attentive. Il faut veiller à ce que les gens ne nous catégorisent pas trop vite comme des "faibles, des hyper anxieux ou des capricieux". Perso, je me bats pour rétablir la vérité à chaque jugement déplacé ou humiliant. C'est comme une cause à défendre pour moi, mon cheval de bataille. Plus nous serons compris, mieux nous serons aidés.
Vous savez ce qui me manque le plus en cas d'angoisse (surtout la nuit) ? C'est une ligne d'écoute (Il y a bien SOS amitié, pourquoi pas SOS éméto ???)... Quelqu'un à qui pouvoir parler, qui aurait une écoute attentive et réconforte, sans jugement ou agacement, et qui trouverait les mots pour m'apaiser, le temps que l'angoisse redescende... Mais pourquoi la nuit, sommes-nous seuls au monde ????? C'est effrayant !
Maintenant que j'ai découvert ce blog, je sais que je ne serai plus jamais "seule", je pourrai venir poser mes émotions durant mes insomnies :-)
Nous sommes tous concernés !

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  didine83390 le Jeu 8 Jan 2015 - 20:53

comme tu as rasion audinette !!!! la nuit, c'est juste l'horreur de se retrouver seule coincée avec nos angoisses Sad

en ce qui concerne le fait d'être maman et émétho , ben c'est pas d'la tarte lol
non sans rire, j'ai toujours assurée le vomito de mes petits et surtout, je les soutiens pendant, en leur disant " allez c'est bien, c'est rien t'inquiètes pas " ....... TOUT pour qu'ils n'aient pas peur , qu'ils se disent ok c'est normal
pendant que moi, j'ai les boyaux qui se tordent et que je fini en mode chichi No

mais aujourd'hui, au + j'avance dans le temps, au - je gère mais bon, vais aller consulter hein
il serai grand temps , j'ai assez pris sur moi, d'autant plus que les gens qui m'entourent ne comprennent pas alors vive la solitude !!! heureusement que vous, vous êtes là
avatar
didine83390
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 34
Localisation : pierrefeu du var
Date d'inscription : 30/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Audinette le Ven 9 Jan 2015 - 10:01

Comme toi, j'ai essayé de faire bonne figure devant mes enfants à de nombreuses reprises, mais comme je gère de moins en moins bien (comme toi apparemment) un jour, je me suis interrogée sur la puissance des "non-dits"... Ces putains de "non-dits" qui ont bcp dévasté ma famille paternel, qui ne sont toujours pas résolus et qui se perpétuent de générations en générations... Cela fait des dégâts immenses.
DONC, après en avoir parlé avec différents psy, nous en sommes arrivés à la conclusion qu'il valait peut-être mieux mettre des mots sur des ressentis (notre angoisse terrible durant l'acte, et la psychose des jours qui suivent) ou expliquer des attitudes particulières (nos TOC d'évitement par exemple). Car cela "soulage" les enfants de savoir que notre attitude n'a rien à voir avec eux, mais qu'elle est liée à une peur irrationnelle qui est la nôtre, et surtout pas la leur.
Nous essayons donc de rire du vomi à la maison (je fais bonne figure !) pour dédramatiser ce qu'ils pourraient finir par appréhender à cause de ma phobie. Et ça marche plutôt bien, pour l'instant :-) Ils continuent à "lécher les poignées de porte", c'est donc qu'ils ne sont pas traumatisés comme moi ;-)
Donc "prendre sur nous" : oui. MAIS je crois qu'il est important de dire les choses aux autres, car le dire, c'est déjà accepter une partie de notre phobie, et donc faire un premier pas vers la démarche de "guérison".
En tout cas, je te tire mon chapeau, car le simple fait d'expliquer à tes enfants que c'est un acte normal, et qu'ils ne doivent pas s'inquiéter, c'est très fort !
Bisous

Audinette
Eméto de Coton
Eméto de Coton

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 05/01/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Experience

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum